De la nourriture pour des élèves qui arrivent à l’école le ventre vide

Par Pierre-Olivier Girard
De la nourriture pour des élèves qui arrivent à l’école le ventre vide
Les paniers de la rentrée sont l'œuvre de plusieurs personnes, dont Stéphane Bégin (président du Souper du Partage), Maxime Ferland (président Caisse Desjardins du Lac-Memphrémagog) et Édith Pelletier (directrice générale du Centre de services scolaire des Sommets). (Photo : Le Reflet du Lac – Pierre-Olivier Girard)

ENTRAIDE. Pour une quatrième année, des gens de la communauté se mobilisent pour s’assurer que tous les élèves fréquentant les établissements scolaires de la région puissent manger avant d’arriver à l’école et après l’avoir quittée.

Grâce aux bénévoles du Souper du Partage, ce sont 115 familles qui recevront le 12 septembre prochain un panier de la rentrée, dont le contenu sera composé de denrées non périssables et d’aliments frais valant plus de 250 $. Ces familles ont été ciblées par les directions d’établissements et les équipes-écoles, qui sont les mieux placées pour constater si un élève, et conséquemment sa famille, ont besoin d’aide.

«C’est très préoccupant de savoir que certains élèves ne mangent pas à leur faim. En arrivant à l’école le ventre vide, ils sont évidemment moins disponibles pour leurs apprentissages et leur réussite scolaire peut être compromise», explique la directrice générale du Centre de services scolaire des Sommets, Édith Pelletier.

La grande distribution se fera grâce à la participation de 75 personnes, dont des employés du CSSS, mais aussi de la Caisse Desjardins du Lac-Memphrémagog. Cette dernière contribue également financièrement à la réussite de ce projet pour un montant de 5000 $.

 

SOUPER-SPAGHETTI À LA MAISON

Par ailleurs, le grand manitou du Souper du Partage, Stéphane Bégin, a profité de l’occasion pour confirmer que le prochain souper-spaghetti, prévu en novembre, se fera par des boîtes-repas. Comme l’an dernier, les gens devront récupérer leur lunch à l’école secondaire de La Ruche pour ensuite le déguster dans le confort de leur résidence. «Avec l’évolution actuelle des cas de COVID-19, on se voyait mal réunir 1400 personnes au même endroit, explique M. Bégin. En ce qui concerne les paniers de Noël, on suivra les recommandations de la Santé publique pour voir quelle forme prendra l’activité cette année. Va-t-on livrer comme à l’habitude les paniers ou alors les gens devront venir les récupérer? On ne le sait pas encore.»

Rappelons que l’an dernier, malgré la pandémie, le Souper du Partage avait permis d’amasser 141 000 $ pour la confection des paniers de Noël.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires