Gilles Bélanger prend les commandes pour protéger le lac Memphrémagog

Par Dany Jacques
Gilles Bélanger prend les commandes pour protéger le lac Memphrémagog
Leader de la Table de concertation des élus du lac Memphrémagog, le député Gilles Bélanger se réjouit de la récente demande formulée par l'Agence des ressources naturelles du Vermont. (Photo : Le Reflet du Lac - Pierre-Olivier Girard)

ENVIRONNEMENT. Gilles Bélanger prend le leadership à la tête de la Table de concertation des élus du lac Memphrémagog. Il succède à Lyne Bessette, qui vient d’annoncer qu’elle ne sollicitera pas un second mandat à titre de députée fédérale de Brome-Missisquoi.

Le député provincial d’Orford se dit prêt à prendre la relève pour préserver la qualité du lac Memphrémagog, une source d’eau potable pour quelque 175 000 Estriens.

La gestion des déchets au dépotoir de Coventry, l’agrandissement possible de ce lieu d’enfouissement situé à proximité du plan d’eau, le traitement du lixiviat et la présence des nouveaux contaminants chimiques comme les composés perfluorés (PFAS) représentent les principaux enjeux et défi du comité.

Bélanger est convaincu que cette table bénéficie d’une oreille attentive au Vermont pour préserver l’environnement des deux côtés de la frontière. «Il faut suivre attentivement tous ces dossiers, car c’est nous, au Québec, qui subirons de possibles conséquences sur la santé du lac», prévient-il.

Le député d’Orford attend impatiemment une étude sur les options du traitement du lixiviat (jus de poubelle) à Newport au terme du présent moratoire. «On émettra par la suite nos recommandations, en se basant sur un autre rapport à venir sur la présence ou non de contaminants chimiques dans l’eau du lac. Je préfère être proactif plutôt que de réagir à des problèmes environnementaux difficiles à solutionner», signale-t-il.

Le lixiviat du dépotoir de Coventry est actuellement traité à l’extérieur de cette région, car l’usine de traitement des eaux de Newport ne possède par la technologie pour rejeter une eau propre dans le lac.

Le comité suit ce dossier de près, car le traitement de ces eaux usées pourrait revenir à Newport ou se faire sur le site du dépotoir, qui se trouve, rappelons-le, à deux pas d’un affluent (rivière Black) du lac Memphrémagog.

La Table de concertation des élus du lac Memphrémagog se compose notamment de la ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, Marie-Claude Bibeau, du préfet de la MRC de Memphrémagog, Jacques Demers, ainsi que des élus et des représentants des Villes de Magog, de Sherbrooke, d’Austin, ainsi que des comtés de Sherbrooke et de Brome-Missisquoi.

La dernière rencontre a eu lieu le 5 août.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
2 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Claire Garon
Claire Garon
1 mois

C’est surtout Robert Benoit, de MCI,qui tient le dossier à bout de bras depuis des années.

Daniel Gagnon
Daniel Gagnon
1 mois

C’est le loup dans la bergerie! Comment peut-on faire confiance au député Gilles Bélanger après les dégâts dans le Memphrémagog à Owl’s Head? Comment prendrait-il au sérieux la santé de notre majestueux Memphrémagog?
Alors que le ministère de l’Environnement a détecté des traces de composés perfluorés dans l’eau potable de notre superbe lac Memphrémagog, pourquoi son gouvernement reste-il insensible à cet enjeu essentiel qu’est la qualité de l’eau pour notre santé globale?