Le quart des items envoyés à l’écocentre de Magog finissent aux poubelles

Par Pierre-Olivier Girard
Le quart des items envoyés à l’écocentre de Magog finissent aux poubelles
Les coûts de fonctionnement de l'écocentre de Magog se chiffrent à environ 800 000 annuellement. (Photo : gracieuseté)

ENVIRONNEMENT. Environ 20% des objets et matériaux qui sont acheminés à l’écocentre de Magog finissent par se retrouver au site d’enfouissement. Un bilan qui pourrait être facilement amélioré avec une meilleure collaboration des citoyens et des pratiques plus «vertes».

L’une des raisons est que les objets en question n’ont pas été démantelés avant leur arrivée. C’est-à-dire que les matériaux qui les composent n’ont pas été séparés adéquatement, si bien qu’il est impossible de les acheminer ailleurs qu’au dépotoir.

«Contrairement à d’autres municipalités, il n’y a pas de centre de démantèlement à l’écocentre de Magog. Ainsi, si une personne arrive avec un comptoir dans lequel est encore inséré le lavabo, l’ensemble ira dans le conteneur des déchets», donne en exemple Josiane K. Pouliot, coordonnatrice de la division Environnement à la Ville de Magog.

En plus de cette situation qui pourrait être évitée, la responsable constate que plusieurs items encore en bon état se retrouvent pourtant aux poubelles. Elle cite notamment les jouets et les vêtements, qui auraient pu être donnés à des organismes de la région plutôt qu’apportés à l’écocentre.

«On essaie aussi de sensibiliser les gens à l’herbicyclage et au feuillicyclage, car beaucoup de personnes apportent leurs feuilles ou leur gazon coupé à l’écocentre ou le mettent dans leur bac brun. Ces transports génèrent des gaz à effet de serre inutiles qui pourraient être évités, surtout que les feuilles et l’herbe coupée sont très bénéfiques pour l’environnement lorsqu’ils sont laissés sur place», partage-t-elle.

Précisons que certains objets toujours fonctionnels sont mis de côté à l’écocentre et peuvent être récupérés par d’autres utilisateurs.

 

DES OPTIONS À L’ÉTUDE

Mme Pouliot confirme que la mise en place d’une cellule de démantèlement à Magog fait partie des solutions à l’étude pour améliorer le taux de valorisation. Aucun projet n’a toutefois été présenté aux élus. «On parle de coûts importants notamment pour aménager de telles infrastructures et la main d’œuvre. Mais l’avantage est que si notre taux de valorisation augmente, nos subventions gouvernementales suivront la même tendance. Pour les Municipalités, ce sont des investissements intéressants sur le plan financier, en plus des bienfaits pour l’environnement», est d’avis la coordonnatrice.

Annuellement, les coûts pour la gestion de l’écocentre sont estimés à environ 800 000 $, tandis que ce service génère des revenus d’environ 200 000 $.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
5 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Claire Garon
Claire Garon
6 jours

Citoyens, il faut y mettre du sien.

jean-luc goulet
jean-luc goulet
6 jours

On dépense beaucoup d’argent pour la publicité des  »sert plus à rien » pourquoi ne pas inclure des  »cours » de recyclage dans ces publicités … Ok ma suggestion est peut-être trop simple.

Claire Garon
Claire Garon
4 jours
Répondre à  jean-luc goulet

Non, c’est bon

alain choquette
alain choquette
5 jours

faut tu trilles tout,,,,,,pour mieux le réutilisé et payant pour eus point,,,,,

Claire Garon
Claire Garon
4 jours
Répondre à  alain choquette

Va faire un tour au ‘Train des mots’ avant de répondre à quoi que ce soit.
C’est ça aussi ça faire un tri