Un garage de Saint-Étienne «partage» la vedette avec Karine Vanasse

Par Patrick Trudeau
Un garage de Saint-Étienne «partage» la vedette avec Karine Vanasse
Karine Vanasse et le garage Arsenault & Fils (Le mécano du village) sont au coeur d'un thriller tourné en partie à Saint-Étienne-de-Bolton (Photo : Le Reflet du Lac - Patrick Trudeau)

TOURNAGE. Le garage «Le mécano du village», situé à Saint-Étienne-de-Bolton, sera l’une des pierres angulaires d’un important film québécois mettant notamment en vedette Karine Vanasse, Luc Picard, Julien Poulin et Guillaume Cyr.

Le tournage du thriller policier «Arsenault & Fils» a justement pris fin la semaine dernière dans la petite municipalité estrienne, sous la supervision du réalisateur Rafaël Ouellet.

Les comédiens y ont passé une semaine et demie pour mettre en boîte les dernières scènes, après avoir tourné une dizaine de jours à Montréal et tout autant à Dégelis, ville natale du

Le réalisateur Rafaël Ouellet et son équipe ont complété 33 jours de tournage, dont 10 en Estrie, la semaine dernière à Saint-Étienne-de-Bolton (Photo Le Reflet du Lac – Patrick Trudeau)

réalisateur. «C’est tout à fait par hasard si on se retrouve en Estrie, reconnaît Rafaël Ouellet. Je cherchais un garage comme celui-là (Le mécano du village), mais je n’avais absolument rien trouvé dans tout le Témiscouata.»

«Finalement, on a découvert notre site idéal en faisant des recherches sur Internet. Et comme la région est habituée aux tournages et que c’est assez près de Montréal, on a décidé de compléter le travail ici», a-t-il expliqué lors d’une rencontre médiatique tenue le 6 juillet dernier.

Une famille qui fait la loi

Tourné en 33 jours, «Arsenault & Fils» raconte l’histoire d’une famille du Bas-du-Fleuve, qui opère un garage et qui pratique quelques activités illégales, dont le braconnage. Les Arsenault, faut-il le préciser, font la loi depuis plusieurs générations dans leur petit village.

Le retour au bercail du plus jeune frère (Pierre-Paul Alain) et l’arrivée d’une animatrice radio charismatique (Karine Vanasse) vont mettre à l’épreuve la belle unité du clan.

Karine Vanasse y joue le rôle d’une animatrice radio.

Ayant plusieurs séries télévisées et cinq longs-métrages derrière la cravate, Rafaël Ouellet n’est pas peu fier de son p’tit dernier. Et pas seulement parce qu’on y retrouve de gros noms au générique. «Je crois que si les gens viennent en salle pour voir ce film – quelque part en 2022 – , ils vont l’aimer», fait-il valoir.

«J’ai choisi des acteurs que je trouve exceptionnels, avec qui j’adore travailler. Ça faisait d’ailleurs longtemps que j’en parlais avec Guillaume (Cyr). Et comme j’avais dirigé Karine (Vanasse) sur la troisième saison de Blue Moon, je souhaitais de tout cœur qu’elle puisse se libérer et prendre part à notre projet», avoue le réalisateur.

«On est en train de faire un grand film»

Passionnée comme à la première heure, malgré une longue et fructueuse carrière autant sur la scène nationale qu’internationale, Karine Vanasse est elle aussi convaincue que le film «Arsenault & Fils» va séduire un large public. «Il y a des scènes très fortes et des personnages complexes. Leur intensité est viscérale», lance-t-elle riant, en faisant une brève allusion aux scènes de chasse et aux carcasses d’animaux qui se retrouvent dans le long-métrage.

Guillaume Cyr incarne l’un des personnages principaux du film. (Photo Le Reflet du Lac – Patrick Trudeau)

Même son de cloche du côté de Guillaume Cyr, qui attendait ce projet depuis belle lurette. «C’est une aventure incroyable qui se termine ici (à Saint-Étienne) et j’ai l’impression qu’on est en train de faire un grand film», lance l’imposant comédien.

«Il y a vraiment toutes sortes de scènes. On se retrouve dans un milieu assez glauque, comme il en existe dans certains villages», ajoute-t-il.

Absent des plateaux de tournage depuis cinq ans, Pierre-Paul Alain s’est senti revivre en participant au projet d’Arsenault et fils. «C’est la première fois que j’ai un rôle de cette importance et j’ai la chance de côtoyer des comédiens que j’admire, dont Julien Poulin, avec qui j’ai joué dans «Bob Gratton: Ma vie, My life.»

«On m’a confié un personnage extraordinaire, un gars qui est une bombe à retardement et qui met le trouble dans une famille dysfonctionnelle. En plus, on m’a permis de faire mes propres cascades. J’ai fait des arts martiaux au cours des dernières années et ça m’a aidé à ce chapitre. C’était tout un cadeau de participer à ce projet», se réjouit celui qui jouera le fils de Luc Picard et le petit-fils de Julien Poulin dans le film.

Pierre-Paul Alain s’est vu offrir un rôle de premier plan, après cinq ans d’absence des plateaux de tournage. (Photo Le Reflet du Lac – Patrick Trudeau)

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires