Eau potable : Magog achète un ozoneur de 1,3 M$

Par Dany Jacques
Eau potable : Magog achète un ozoneur de 1,3 M$
Un système d’ozonation semblable sera bientôt acquis au coût de 1,3 M$ dans l’usine de filtration d’eau potable de Magog. (Photo : gracieuseté)

ENVIRONNEMENT. La Ville de Magog achètera un système de désinfection de l’eau potable au coût de 1,3 M$, qui a pour but de supprimer les cyanobactéries, ainsi que d’éliminer les goûts et les odeurs désagréables.

Cet ozoneur est destiné à l’usine de production d’eau potable de la rue des Pins. Il servira de soupape de sécurité tout et aussi longtemps que l’actuel ozoneur fera son travail.

«Cette pièce d’équipement est aussi vieille que notre installation, soit environ 10 ans, détaille la coordonnatrice des usines d’eau potable et d’eaux usées de Magog, Mylène Benoît. Nous avons récemment connu quelque bris, sans conséquences graves, mais elle prend évidemment de l’âge. On se sécurise avec ce nouvel achat.»

L’ozoneur produit un puissant gaz oxydent. Il désinfecte l’eau comme le chlore, mais de façon plus performante.

Cette pièce d’équipement est l’une des raisons qui expliquent la qualité de l’eau jugée «exceptionnelle» à Magog. «La Ville l’a acquise lorsque nous avons connu des épisodes de non-consommation d’eau causés par la présence de cyanobactéries dans le lac Memphrémagog, il a quelques années. Ces éclosions pourraient même survenir à tout moment», explique Mme Benoît.

Par contre, les scientifiques ne peuvent pas tout de suite conclure que les ozoneurs pourront filtrer et éliminer les polluants chimiques émergents, comme ces composés perfluorés, qui ont récemment été détectés sous la forme de traces dans les réseaux d’eau potable de Magog et de Sherbrooke.

 

«UNE DES MEILLEURES EAUX AU QUÉBEC»

Pour avoir visité plusieurs arénas du Québec avec les Cantonniers de Magog par le passé, Mylène Benoît insiste pour dire que Magog produit l’une des meilleures eaux potables dans la province. «L’eau sent et goûte parfois douteuse ailleurs, mais pas ici», se réjouit-elle.

Elle cite l’exemple de la Ville de Sherbrooke, qui a déjà remporté des concours pour la qualité de son eau potable. «Nous sommes toujours heureux lorsque Sherbrooke gagne des prix, car nous avons exactement la même filière de traitement. Et l’eau vient du même lac», ajoute-t-elle.

L’usine de production d’eau potable a été inaugurée sur la rue des Pins à fin 2012, au coût de 16 millions de dollars.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
I G
I G
3 mois

Pourtant, moi qui a demeurée à Sherbrooke 10 ans, je vois tout de suite la différence. Lorsque l’eau sèche, il y a un résidu, un film pâle sur les objets, peu importe l’endroit où je me trouve. À Sherbrooke, il n’y a pas ce problème.