Le chantier d’Owl’s Head rebondit à l’Assemblée nationale

Par Dany Jacques
Le chantier d’Owl’s Head rebondit à l’Assemblée nationale
Les travaux de dynamitage ont récemment abîmé un petit bâtiment situé sur les rives du lac Memphrémagog. (Photo : gracieuseté)

POLITIQUE. Les controversés travaux de construction sur le flanc est du mont Owl’s Head ont fait les frais de la période de questions de l’Assemblée nationale du Québec, mercredi matin (12 mai).

La porte-parole de l’opposition officielle en matière d’environnement et députée libérale de Verdun, Isabelle Melançon, a d’abord relayé les doléances du groupe Memphrémagog Conservation Inc. (MCI). Elle a partagé l’indignation de ces écologistes relativement au déboisement et au dynamitage dans un écosystème fragile, dont l’objectif consiste à «construire des maisons luxueuses et somptueuses aux abords du lac Memphrémagog».

Elle a profité de la tribune pour relayer la demande du MCI pour que le gouvernement évalue l’impact réel du projet sur la biodiversité. «On assiste à la destruction d’un joyau de la biodiversité du Québec, j’aimerais savoir ce que fait le ministre de l’Environnement pour empêcher cela?», a questionné Mme Melançon.

Benoît Charrette a rappelé l’importance du respect des normes et règlements, tout en précisant que l’actuelle gestion de ce dossier est dans la cour du Canton de Potton, qui doit respecter les schémas d’aménagement.

«Et si un certificat d’autorisation devait être nécessaire, c’est là où la procédure s’enclenchera pour s’assurer que cette biodiversité soit respectée, s’assurer que la valeur et le patrimoine naturel du secteur soient respectés. Mais dans notre cas, actuellement, on demande à la Municipalité de respecter son schéma d’aménagement», ajoute le ministre de l’Environnement.

La députée libérale a aussi demandé à M. Charrette s’il pouvait rencontrer le MCI dans les prochains jours afin de discuter de ce dossier, considéré comme «carnage» par des riverains.

Le ministre a accepté, tout en disant n’avoir reçu aucune demande en ce sens. Il invite le député caquiste d’Orford, Gilles Bélanger, à y assister.

Quelques heures plus tard, le président du MCI, Robert Benoit, a tenu à préciser que le ministre avait précédemment reçu trois demandes de rencontres portant sur Coventry et Owl’s Head, dont une par courrier recommandé, mais demeurées sans réponse.

Le député libéral de La Pinière, Gaétan Barrette, a également mis son grain de sel. Il a rappelé la présence du député d’Orford, Gilles Bélanger, à titre actionnaire aux premières heures de Destination Owl’s Head, avant de devenir député et quitter cette entreprise.

«Si le ministre de l’Environnement débarquait et faisait son travail face à ce saccage environnemental, est-ce que ça pourrait nuire aux intérêts pécuniaires du député d’Orford?», a-t-il lancé.

«On reconnaît le collègue dans son style. Je pense que le plus grand saccage qui a été fait, c’est dans le réseau de la santé alors qu’il était lui-même ministre responsable du dossier», a répliqué le ministre de l’Environnement.

Le député d’Orford a tenu à rectifier les faits mercredi après-midi. Son bureau de comté précise, par voie de communiqué, qu’il n’a plus aucun intérêt dans la station Owl’s Head depuis juin 2018, incluant le groupe promoteur Destination Owls Head.

«À l’époque où M. Bélanger était impliqué dans ce groupe, aucun projet de dézonage n’était envisagé. De plus, ce secteur était visé par un scénario de conservation et des démarches avaient été entreprises avec Conservation Canada et Corridor Appalachien. Tout au long de son implication à Owl’s Head, M. Bélanger a eu l’environnement au cœur de ses préoccupations. Sa vision environnementale a d’ailleurs été saluée à l’époque par plusieurs acteurs du milieu incluant les gens du MCI», lit-on.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
3 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Alain Milette
Alain Milette
4 mois

Quelle aberration ce projet, un autre parmi tant d’autres autour du lac, on a qu’à se rappeler le comique qui avait rasé sa façade de terrain sur la rive du lac, ça ne cessera dont jamais.
Mais celui-ci met en lumière le député Bélanger alors qu’il était au première loge au tout début, l’ouvreur de portes, le lobbyiste par excellence dans la région et il ne s’en cache pas. Il a fait le même manège avec le projet de deux glaces dans le boisé de La Ruche, il a été lobbyiste durant le règne libéral avant de devenir le porte panier du gouvernement et convaincre les élus municipaux que c’était LE projet et qu’il allait trouver les subventions nécessaires. On connait la suite, deux refus du gouvernement, ensuite il a eu le culot de recommander un PPP pour l’aréna alors que les élus avaient écarté ce mode de financement 4 ans auparavant.
Je n’oublierai jamais cette menace de raser près de 20 000 mètres carrés de forêt mature à La Ruche, après ça on se demande pourquoi nous sommes désabusés de nos élus, je préfère de loin me joindre à la classe moyenne, la vôtre cher député est dégoutante.

Daniel Gagnon
Daniel Gagnon
4 mois

Notre député Gilles Bélanger, à la réputation si peu verte et si peu écologique, braqué sur des idées fixes de développement à tout prix sans respect aucun de la nature, garde un silence indécent sur les saccages autour de Owl’s Head.
Il a manqué à son devoir d’indépendance, de diligence et de respect envers notre majestueux lac, source d’eau potable pour 175,000 personnes, alors que plusieurs de ses anciens actionnaires sont impliqués dans ce massacre de notre belle nature.
Sans parler de la présence à proximité à Austin du ministre de l’Économie Pierre Fitzgibbon (qui veut se présenter dans Sherbrooke aux prochaines élections!!).
Le silence de Gilles Bélanger fait penser à de la complicité et  crée dans l’esprit des citoyens raisonnablement informés du public un message contraire à sa mission et à son engagement pour notre bien collectif, un engagement contre les intérêts privés de promoteurs adeptes de développements sauvages.
Pendant que ses anciens amis portent atteinte à l’intégrité de notre environnement,  Gilles Bélanger fait semblant de ne pas exister.
Le public ne pourra retrouver sa confiance en lui comme député que s’il se dissocie de l’image de développeur inconscient qu’il persiste à projeter au lieu de s’occuper de ses électeurs et de notre bien-être.
Si ne peut jouer son rôle de député, qu’il démissionne.

L.Béland
L.Béland
4 mois
Répondre à  Daniel Gagnon

Je présume que le député Bélanger attend patiemment que la tempête passe, que les gens passent à autre chose….. comme d’habitude.