Owl’s Head: «Nos travaux respectent tous les règlements»

Par Dany Jacques
Owl’s Head: «Nos travaux respectent tous les règlements»
Le président et directeur général de Destination Owl’s Head (DOH), Pierre Bourdages (Photo : Le Reflet du Lac - Archives/Dany Jacques)

TRAVAUX. Le président et directeur général de Destination Owl’s Head (DOH), Pierre Bourdages, assure que les travaux réalisés sur le flanc est du mont Owl’s Head respectent la réglementation sur toute la ligne (voir autre texte).

«Les inspecteurs de la MRC et du Canton de Potton ont même constaté sur place, spécifie-t-il. Notre biologiste, notre ingénieur civil et notre arboriste confirment aussi le respect des normes environnementales et de construction.»

Bourdages rappelle que ce projet en cours figure dans le plan directeur conçu et adopté par les élus et la communauté. «Il n’y a pas de cachette», indique-t-il.

Le PDG ajoute que son entreprise fait aussi plus que sa part pour protéger l’environnement. Il cite en exemple la réduction du nombre de terrains à construire à cet endroit, qui est passé de 10 à 4.

«On a refusé les égouts et l’aqueduc pour réduire la largeur et de la route. On a injecté 350 000 $ pour la gestion des eaux de ruissellement, la stabilisation des sols et le contrôle des sédiments. On respectera facilement notre engagement de maintenir 75% du couvert forestier», détaille-t-il

Pierre Bourdages rappelle que les actionnaires de Destination Owl’s Head, possèdent, pour la plupart, des propriétés dans la région. «Ils ont contribué à la survie de la station de ski, en plus de créer des emplois à temps plein, observe-t-il. Leurs investissements stimulent le développement économique et font augmenter la valeur foncière des propriétés.»

DOH a investi 26 millions de dollars depuis trois ans dans les infrastructures de la station de ski, 6 M$ pour construire un nouveau chalet de ski et 1 M$ au club de golf. L’étape immobilière s’amorcera bientôt avec un objectif de 400 unités d’habitation sur un horizon de dix ans. DOH chiffrait à récemment à 160 M$ la somme nécessaire à investir au cours de la prochaine décennie.

 

Dans les règles de l’art

Le maire du Canton de Potton. Michael Laplume, assure que ces travaux sont réalisés dans le respect des règles de la Municipalité et de la MRC, et ce, après avoir consulté la population et une panoplie de spécialistes.

«Tous les procédés et toutes les règles ont été suivis, assure-t-il. On a même exigé des mesures supplémentaires, comme pour le contrôle des eaux de ruissellement, ce que DOH a fait sans problème malgré les coûts supplémentaires.»

Depuis l’arrivée des nouveaux propriétaires en 2018, M. Laplume précise que le conseil n’a jamais eu de plaintes ni de reproches à leur égard.

Bourdages et le maire du Canton de Potton disent ignorer la possibilité que la MRC refuse la construction en forte pente, comme c’est le cas actuellement sur le terrain incliné du chantier, dans son prochain schéma d’aménagement.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
9 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
trackback
Des écologistes réclament l’arrêt des travaux à Owl’s Head - Le Reflet du Lac
1 mois

[…] autre texte sur le sujet: Owl’s Head: «Nos travaux respectent tous les […]

Claire Garon
Claire Garon
1 mois

Facile à dire, et bien pratique d’étirer l’élastique, quand les règlements ne sont pas à jour.

Howell Zedd
Howell Zedd
1 mois

Difficile de croire qu’ils se soucient du fait que le groupe d’investisseurs arrogants a violé les lois environnementales en construisant leurs propres maisons.

L.Béland
L.Béland
1 mois

out ce saccage pour 4 maisons et ils se disent dans la légalité de saccager ce joyau. Au nom du sacro-saint investissement. La légalité a le dos bien large. Depuis que le centre de ski a été vendu à un consortium ( Chiara, Groupe Aldo, Michael Zakuta , la famille Girardin (les autobus de Drummondville) et Vincent Chiara (un magnat immobilier de Montréal) tout ce beau monde n’investisse pas pour regarder les petits oiseaux volés d’arbre en arbre. Un saccage annoncé. Et ce n’est malheureusement qu’un début.

Daniel Gagnon
Daniel Gagnon
1 mois

Devant cette catastrophe de la part de promoteurs inconscients adeptes de développements sauvages, comment expliquer le silence de notre député Gilles Bélanger, lui qui fait pourtant partie de la table de concertation pour demander aux Américains de ne pas souiller notre lac? Quels arguments aura-t-il à leur donner s’il laisse faire les pollueurs chez nous? Il faut cesser d’infester le Memphrémagog! Il faut développer une conscience de protection de notre richesse naturelle. Depuis trente ans, le lac n’apparaît plus du tout dans tout son épanouissement d’antan. Il faut décider de son avenir, de notre avenir, nous sommes tous concernés.

Daniel Gagnon
Daniel Gagnon
1 mois

Nos autorités ont-elles assez d’indépendance et de courage pour arrêter ce massacre et cette atteinte à notre santé globale? Comment expliquer le silence du député d’Orford Gilles Bélanger qui accuse les Américains et qui oublie de parler des pollueurs de notre beau lac?

L.Béland
L.Béland
1 mois
Répondre à  Daniel Gagnon

Parce que le député Bélanger a déjà été président de Destination Owls Head, le consortium qui a acheté la station Owl’s Head. Il s’est retiré pour se présenter aux élections provinciales…..J’imagine qu’il a une obligation de réserve envers Destination Owls Head…

Daniel Gagnon
Daniel Gagnon
1 mois
Répondre à  L.Béland

Comme député, Gilles Bélanger doit défendre la loi et la réglementation. Il ne peut se cacher derrière un prétendu droit de réserve pour laisser d’anciens associés d’affaires défier la réglementation environnementale qui protége notre majestueux lac. Comme député, il a plutôt l’obligation de défendre les lois et de travailler pour le bien de tous. Comme réservoir d’eau potable pour 175,000 personnes, le lac est une ressource publique essentielle.

Last edited 1 mois by Daniel Gagnon
Howell Zedd
Howell Zedd
1 mois

Quel est l’intérêt du maire de Potton dans la protection du projet? Combien d’argent Laplume Construction gagne-t-elle grâce au développement?
Comment peuvent-ils prétendre créer des emplois alors qu’ils ont licencié ou expulsé la plupart des citoyens locaux qui travaillaient dans la montagne depuis des décennies?
Alors qu’ils peuvent prétendre avoir des intentions positives pour la région, leurs actions au cours des dernières années ont prouvé le contraire.
Le seul point positif est qu’ils ont éliminé tous les anglophones des postes de direction et n’annoncent plus les offres d’emploi en anglais. Enfin Owl’s Head est une entreprise farouchement québécoise, n’est pas!?!