Orford Musique: un retour aux sources pour célébrer ses 70 ans

Par Dany Jacques
Orford Musique: un retour aux sources pour célébrer ses 70 ans
Le pianiste André Laplante (23 juillet) figure dans la programmation estivale du Festival Orford Musique. (Photo : gracieuseté - Kana Tarumi)

CULTURE. Le Festival Orford Musique effectuera un retour aux sources afin de célébrer ses 70 années d’existence, du 26 juin au 13 août. Les architectes de la programmation estivale ont même bravé la pandémie pour offrir quelques cadeaux musicaux en présentiel, inspirés de la culture québécoise, canadienne et des Premières nations.

Le directeur général et artistique d’Orford Musique, Wonny Song, est convaincu que la prochaine édition permettra de transmettre un «pouvoir positif» sur le monde. «Nous avons tous besoin de partager à nouveau l’art, propage-t-il. Comme chaque année, des musiciens de grand talent se joindront à nous pour offrir de précieux cadeaux intégrés dans une programmation d’une qualité incomparable.»

Song se croise néanmoins les doigts en espérant que la crise sanitaire ne bouleverse pas, une fois de plus, la programmation. «Nous avons pris des risques calculés, en espérant que ce soit le plus sécuritaire possible et qu’on puisse partager de la belle musique, espère-t-il. Les mélomanes et les musiciens en ont bien besoin.»

Le coup d’envoi officiel du Festival se donnera le 2 juillet avec le retour du Nouveau Quatuor à cordes Orford. Suivront notamment les prestations des pianistes Alain Lefèvre (10 juillet) et André Laplante (23 juillet).

Notons la présence de l’Orchestre de chambre I Musici de Montréal et de son chef Jean-Marie Zeitouni, qui clôtureront le Festival le 13 août. M. Song prévoit une soirée à couper le souffle avec des pièces de Murph, Tchaïkovski et Suk.

Le jazz demeure dans la programmation avec notamment trois concerts inscrits à l’agenda. Le trio Taurey Butler interprétera des classiques du cinéma, le 17 juillet. L’artiste innu Florent Vollant présentera une incursion au cœur de la culture des Premières nations, le 31 juillet. Et place à l’autrice-compositrice-interprète Dominique Fils-Aimée, le 7 août.

Deux représentations de chaque grand concert sont prévues afin de faire respecter la distanciation physique. Les prestations auront lieu à 16 h 30 et à 19 h 30. Un souper sera même possible au bistro malgré les mesures sanitaires.

La programmation se complète avec un concours de jeunes musiciens de la relève, deux expositions et des événements gastronomiques.

Une quarantaine de concerts gratuits sont également au programme malgré la COVID-19, comme la série Orford sur la route, les concerts de la relève au parc de la Rivière-aux-Cerises à Orford et les concerts extérieurs à Austin, Bolton-Est, Saint-Étienne-de-Bolton et Canton de Stanstead.

Pour une seconde année consécutive, l’académie présentera ses cours à distance sans accueillir des élèves étrangers. 326 étudiants suivaient des formations musicales à distance, l’an dernier, ce qui représente un nombre beaucoup moindre que la moyenne des années pré-COVID. La direction espère en attirer plus de 325 au cours des prochains mois.

Info: orford.mu

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires