Parc national du Mont-Orford: des randonneurs négligents se perdent dans le sentier des Crêtes

Par Pierre-Olivier Girard
Parc national du Mont-Orford: des randonneurs négligents se perdent dans le sentier des Crêtes
(Photo : Le Reflet du Lac - Archives/Denis Germain)

FAITS DIVERS. La sortie de quatre jeunes âgés dans la vingtaine ont nécessité le déploiement d’une quinzaine de secouristes dans le parc national du Mont-Orford, dimanche soir, alors qu’ils se sont égarés dans le sentier des Crêtes sans le minimum de préparation et d’équipement.

Les quatre randonneurs n’avaient sans doute aucune idée de ce qui les attendait, lorsqu’ils ont choisi de prendre la direction du sentier des Crêtes, vers 15 h 30. Non seulement ils n’avaient apporté aucune provision en eau ni en nourriture, mais les aventuriers étaient habillés pour marcher au centre-ville et non pour entreprendre une randonnée avec un tel niveau de difficulté.

«Ce n’est pas un sentier qui se fait le soir, en pleine noirceur. C’est escarpé, glissant, il y a des roches et des souches un peu partout. C’est assez dangereux, même en plein jour. Ces jeunes chaussés d’espadrilles ont même décidé de sortir du sentier balisé, à un moment, et c’est à ce moment qu’ils se sont perdus», rapporte le chef aux opérations du Service de sécurité incendie de Magog, Martin Pomerleau.

Ils ont alors appelé à l’aide en composant le 911, vers 20 h. Avec l’aide des pompiers d’Orford et de la Régie de police de Memphrémagog, les pompiers de Magog ont pu les localiser grâce aux coordonnées GPS de leur cellulaire. Toutefois, ils ont dû prendre leur mal en patience puisqu’il a fallu plus de deux heures aux intervenants pour se rendre sur place.  Et ils ont dû ensuite redescendre par leurs propres moyens. «Ils souffraient d’un début d’hypothermie et ils ont eu besoin de se réhydrater également. Disons qu’ils ont couru après le trouble, car c’était vraiment de la négligence», déplore le chef Pomerleau.

«Ils ont vraiment été chanceux, car sans leur téléphone, ils auraient sûrement passé la nuit là-bas. Car avec le couvre-feu, sans doute que personne n’aurait aperçu leur véhicule dans le stationnement du Mont-Orford avant le lendemain. C’est vraiment un exemple parfait de ce qu’il ne faut pas faire quand on s’aventure en montagne et en forêt», conclut-il.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
5 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Colette Charron
Colette Charron
14 jours

De zone rouge à zone orange, ils n’avaient même pas affaire à être ici.

Superubuu
Superubuu
14 jours
Répondre à  Colette Charron

Comment savait vous qu’ils viennent d’une zone rouge? C’est pas écrit..
Anyways le déplacement entre 2 zones n’est pas interdite…

Claire Garon
Claire Garon
14 jours

La bêtise humaine est sans fond

Suzanne Asselin
Suzanne Asselin
14 jours

Je trouve les humains très sévères. Qui n’a pas fait d’erreurs dans sa vie pour se permettre de juger?

Gilles Hébert
Gilles Hébert
13 jours

Pour se retrouver , rien de mieux que de se perdre…!