TRIBUNE LIBRE: Le COGESAF appuie la déclaration de la Table de concertation du lac Memphrémagog

Stéphanie Martel       
TRIBUNE LIBRE: Le COGESAF appuie la déclaration de la Table de concertation du lac Memphrémagog

À la suite de la découverte de contaminants de la famille des perfluorés dans le lac Memphrémagog, il est important de continuer le travail de protection de la ressource en eau c’est pourquoi le COGESAF appui la déclaration de la Table de concertation des élu(e)s pour le lac Memphrémagog qui souhaite pérenniser le moratoire sur le traitement du lixiviat du site d’enfouissement de Coventry à l’usine d’épuration de Newport (Vermont, É-U).

Le lac Memphrémagog est particulier du côté canadien

Le lac Memphrémagog est un lac transfrontalier qui possède sa plus grande superficie au Québec, mais la majeure partie de son bassin versant se trouve au Vermont. On ne retrouve aucune prise d’eau municipale du côté des États-Unis. Du côté canadien, le lac Memphrémagog est une source d’eau potable pour plus de 175 000 citoyens, dont la Ville de Sherbrooke et la Ville de Magog. Ce contexte justifie la mobilisation des intervenants pour la protection de la source d’approvisionnement.

Le COGESAF travaille depuis près de 20 ans à la protection des lacs et rivières

Depuis la création du COGESAF au début des années 2000, l’organisme de bassin versant travaille à la protection des lacs et rivières du territoire du bassin versant de la rivière Saint-François. Il siège entre autres au Comité directeur Québec-Vermont pour la gestion des eaux du lac Memphrémagog et de son bassin hydrographique, comité ayant comme mandat de promouvoir et faciliter la collaboration entre les deux états, d’identifier les problèmes relatifs à la qualité de l’eau et de proposer des actions pour y remédier. C’est à travers cette table que le COGESAF soulève ses préoccupations et travaille avec les membres du comité regroupant les principaux intervenants de part et d’autre de la frontière.

Le COGESAF est un conseil de gouvernance participative regroupant les organismes publics, privés et communautaires des bassins versants de la rivière Saint-François et du fleuve Connecticut, afin de développer une approche de gestion intégrée de l’eau par bassin versant, dans une perspective de protection de l’environnement, d’aménagement et de développement durable du territoire.

Stéphanie Martel       

Directrice générale du COGESAF

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Daniel Gagnon
Daniel Gagnon
28 jours

Merci pour cette lettre.
Il ne faut pas lâcher ce dossier pour la santé du Memphrémagog et la nôtre!
Elles sont très inquiétantes ces analyses réalisées par le ministère de l’Environnement, de septembre à novembre 2020, qui ont démontré que des traces de substances polyfluoroalkyliques (PFAS), des composés toxiques, dans le lac Memphrémagog.
Des substances cancérigènes!
Il est urgent d’intervenir avant que les écoulements et les épanchements toxiques de nos voisins américains empoisonnent pour de bon notre majestueux Memphrémagog.
Il s’agit de l’eau potable pour 175,000 personnes de ce côté-ci de la frontière!
Il faut faire pression sur Bernie Sanders et nos voisins du Vermont qui partagent le lac avec nous, pour le respect du Memphrémagog.