Gino Gaudreau succède à Monique Côté à la tête du Reflet du Lac

Par Patrick Trudeau
Gino Gaudreau succède à Monique Côté à la tête du Reflet du Lac
Grandement impliqué dans la communauté magogoise, Gino Gaudreau occupera maintenant le bureau de direction du Reflet du Lac. (Photo : Le Reflet du Lac - Pierre-Olivier Girard)

NOMINATION. Votre hebdomadaire Le Reflet du Lac s’apprête à vivre un important chapitre de son histoire avec l’arrivée en poste de Gino Gaudreau à titre de nouvel éditeur.

M. Gaudreau prend ainsi la relève de Monique Côté, qui assumait la direction du journal magogois depuis une trentaine d’années et qui avait aussi participé à sa fondation en 1988.

La «passation des pouvoirs» s’effectuera toutefois de façon graduelle, puisque Mme Côté travaillera en collégialité avec son successeur jusqu’à l’automne.

«Avant de prendre officiellement ma retraite, je souhaite m’assurer que la transition et le transfert des dossiers se fassent en douceur. Je vais donc épauler Gino pendant quelques mois, afin de lui partager toutes les connaissances liées à ses nouvelles fonctions», précise cette gestionnaire qui œuvre dans le milieu médiatique depuis le début des années 1980.

Monique Côté travaillera en collégialité avec son successeur, avant de prendre officiellement sa retraite à l’automne. (Photo Le Reflet du Lac – Pierre-Olivier Girard)

«Avec sa vaste expérience et sa crédibilité, je ne pouvais espérer avoir un meilleur mentor pour me familiariser avec mon nouvel environnement. J’ai eu la chance de travailler avec Monique dans diverses organisations au cours des dernières années (entre autres à la Fondation Constance-Langlois) et j’ai toujours apprécié ses qualités, autant humaines que professionnelles. Tout comme moi, c’est quelqu’un qui a à cœur la satisfaction de la clientèle et qui mise énormément sur le travail d’équipe», a fait valoir Gino Gaudreau.

Partir l’esprit tranquille

Établi à Magog depuis près de 25 ans, Gino Gaudreau agissait jusqu’à tout récemment comme responsable du développement des affaires d’une compagnie manufacturière.

Particulièrement engagé sur le plan communautaire et social, il a notamment été président du Club de gymnastique Dymagym et organisateur en chef du Tournoi de golf de la Fondation Constance-Langlois, en plus d’être impliqué au sein des Fantastiques, du CPE l’Enfant-Do et du Centre sportif La Ruche.

«C’est tout un honneur et un réel plaisir de me joindre à la grande famille d’Ici Médias et à l’équipe du Reflet du Lac. Ce journal joue un rôle essentiel à travers la MRC de Memphrémagog, non seulement comme diffuseur de l’information locale et de proximité, mais aussi comme véhicule publicitaire de premier plan pour nos entreprises. Je suis très heureux d’en faire maintenant partie», se réjouit Gino Gaudreau.

De son côté, Monique Côté a le sentiment de «laisser son bébé entre bonnes mains», à quelques mois de quitter officiellement l’entreprise. «Ayant participé à sa création, j’aurai toujours un profond attachement pour le Reflet du Lac. Je n’aurais jamais pu partir sans avoir l’esprit tranquille quant à son avenir. Avec l’arrivée de Gino, je suis maintenant convaincue que la pérennité est assurée», a-t-elle conclu.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
2 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Daniel Gagnon
Daniel Gagnon
1 mois

Toutes nos félicitations pour la direction de Monique Côté au Reflet du lac!
Bravo au nouveau directeur Gino Gaudreau!
Questions pour Gino Gaudreau:
Est-ce que je me trompe, ou si déjà on assiste sous votre récente direction à un petit mouvement vers la droite au profit des développeurs?
Est-ce que nous allons avoir le même effort pour les urgentes questions environnementales si préoccupantes dans notre MRC de Memphrémagog?

J. Lalancette
J. Lalancette
30 jours

Le journal local est un élément d’une valeur inestimable à cause de sa grande intimité avec le public qu’il rejoint. Dans un monde ou les média véhiculent un tas de foutaises, il serait apprécié de voir l’apport d’une fonction « éditorialiste », qui exprimerait une prise de position sur les dossiers prioritaires, plutôt que la passiveté d’un entonnoir qui ne sert qu’à remplir ses lecteurs, sans présenter une critique pour défendre l’intérêt de ces derniers.