Mont-Orford: l’héritage d’André L’Espérance

Par Dany Jacques
Mont-Orford: l’héritage d’André L’Espérance
Les plans visuels sont rares, à l’exception de celui-ci qui illustre l’ambiance quatre saisons tel que souhaité par le promoteur André L’Espérance au pied des pentes. (Photo : archive)

AFFAIRES. Les opposants au développement immobilier au pied des pentes du domaine skiable crient toujours victoire 15 ans après avoir empêché la privatisation partielle du parc national du Mont-Orford. À l’inverse, il s’agit d’un rare rêve inachevé pour l’architecte de ce plan de relance, André L’Espérance.

On n’a pu s’entretenir avec cet homme d’affaires en raison d’une maladie dégénérative. Quelques recherches et appels téléphoniques plus tard, on se rappelle néanmoins que ce promoteur immobilier adorait la montagne et la compagnie qu’il possédait seul à l’époque, Mont-Orford Inc.

On le qualifie encore aujourd’hui de «visionnaire». Il se projetait dans l’avenir pour «voir» la montagne dans 10 et 15 ans. Il voulait développer le volet immobilier pour attirer une masse critique et générer des revenus pour réinjecter les profits dans les installations.

Dès 2006, M. L’Espérance voulait créer de la vie à la montagne 12 mois par année. Il investissait dans le long terme et avait commencé à reboiser pour améliorer l’aspect visuel et protéger l’environnement, comme on l’observe dans nos pages de l’époque.

L’héritage d’André L’Espérance est d’ailleurs toujours présent sur le domaine skiable. Son plus gros legs consiste à l’aménagement des gondoles et de la remontée mécanique reliant la base au sommet de la montagne. Les skieurs d’aujourd’hui apprécient sa vitesse et la chaleur de ses abris, surtout par temps froid.

Le promoteur André L’Espérance caressait de grandes ambitions au Mont-Orford.

Il a tenté d’animer la station pendant l’été avec une immense tyrolienne, dont on aperçoit toujours la structure de bois près du chalet de ski.

Les sentiers et les belvédères au sommet d’Orford ont été réalisés sous son règne.

Les trois yourtes aujourd’hui démantelées sont également son idée, car il ne pouvait construire de restaurant sur les hauteurs d’Orford.

Il souhaitait créer un milieu de vie, une ambiance, avec plusieurs centaines de condos et des services commerciaux au pied des pentes. Un restaurant au sommet de la montagne était dans ses plans. Ses partisans rappellent toujours aujourd’hui que les terres publiques ciblées étaient les stationnements dénudés d’arbres. Ces vastes espaces pour les voitures auraient été déplacés plus loin avec un service de navette.

Il planifiait aussi d’installer une remontée mécanique entre le domaine skiable et des terrains lui appartenant à l’extérieur du parc national.

Québec était sur le point d’autoriser cette métamorphose, mais le vent d’opposition a plutôt eu raison de son grand rêve.

Texte sur les 15 ans de la saga du Mont-Orford ici.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
3 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
trackback
Mars marque les 15 ans de la saga du Mont-Orford - Le Reflet du Lac
2 mois

[…] Autre texte ici sur l’héritage de M. L’Espérance. […]

Marc Antoine Boudreau
Marc Antoine Boudreau
2 mois

Je trouve que c’est beaucoup d’éloges pour un « visionaire ». Mais qui ne n’imaginerais pas un développement commercial, hôtelier …à la base d’orford?!
Qui le désire est un autre questions!
Une tyrolienne qui n’est pas ou presque plus en opération de par manque de simplicité ds son opération!… mauvaise logistique d’installation… si belles vous dites! Une grosse statue!
Orford avant et après son règne, n’as pas changé beaucoup, en fait je ne connais pas la différence au travers les chiffres/livres (rentabilité/investissements/dettes).
Reconnaissant aussi la difficulté certaine de développer au travers un parc.

Alexandre Beaulieu
Alexandre Beaulieu
2 mois

Au Quebec, il y a toujours un jaloux qui bloque les beaux projets de developpements.Etre jaloux au lieu d’étre competitif ….C’est domage pour une region qui vie en partie du tourisme