Memphrémagog: la police veut s’attaquer aux plans d’eau «surpeuplés»

Par Pierre-Olivier Girard
Memphrémagog: la police veut s’attaquer aux plans d’eau «surpeuplés»
La RPM travaille actuellement à l'élaboration d'un plan d'action pour sécuriser davantage les plans d'eau navigables sur son territoire. (Photo : Le Reflet du Lac –Archives)

NAVIGATION. Alors que le nombre d’embarcations a grimpé en flèche sur les plans d’eau l’été dernier, la Régie de police de Memphrémagog (RPM) veut s’attaquer à ce problème en 2021 en mettant en œuvre une série d’actions pour veiller au respect de la réglementation.

Déjà très populaires ces dernières années, les sports nautiques ont connu un engouement pratiquement inégalé en 2020 et Memphrémagog n’a pas fait exception. En raison de la fermeture des frontières, notamment, plusieurs plaisanciers habitués de fréquenter des plans d’eau américains sont demeurés à temps plein au Québec.

Résultat, il n’était pas rare l’été dernier de voir les marinas affichées complets ou encore des descentes à bateaux bondés d’utilisateurs.

«Avant la pandémie, il y avait déjà beaucoup d’embarcations sur nos principaux plans d’eau, notamment le Memphrémagog, le Massawipppi et le Magog. Mais l’été dernier, le phénomène a explosé, constate le directeur de la RPM, Guy Roy. Je pense personnellement que plusieurs de nos plans d’eau sont surpeuplés, ce qui fait en sorte que la sécurité des usagers est compromise.»

Le chef de police se dit particulièrement préoccupé par le comportement d’une minorité, que ce soit en lien avec des excès de vitesse, la consommation d’alcool ou simplement l’inexpérience. «Dans mon livre à moi, des embarcations nautiques sont des engins aussi dangereux que des motos ou des voitures. Et pourtant, ça ne prend pas la même formation, loin de là. Et il suffit d’un seul plaisancier imprudent ou avec peu d’expérience pour mettre en péril une bonne partie des usagers présents sur un lac. C’est là le grand danger», poursuit-il.

 

La sensibilisation avant la répression

N’ayant peu ou pas de contrôle pour limiter l’accès aux plans d’eau, la RPM fera essentiellement passer son message par la sensibilisation. Elle pourrait aussi ajouter des sorties supplémentaires à la trentaine déjà effectuées durant la saison estivale à bord de ses deux embarcations. «Je ne suis pas certain que le problème est relié directement au nombre de sorties de nos policiers. Je pense vraiment qu’il faut faire beaucoup plus de sensibilisation, aux bons endroits et aux bons moments. Il faut élaborer un plan plus précis et performant en matière de prévention et le dernier volet de tout plan d’action, c’est la répression. On ne veut pas se rendre aux billets d’infraction, mais ça fait partie des possibilités», prévient le grand patron.

Il rappelle d’ailleurs qu’en plus de ses troupes, d’autres services veillent également au respect de la réglementation sur les lacs, dont la Sûreté du Québec, la Gendarmerie royale du Canada et la patrouille nautique de la MRC de Memphrémagog.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
3 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Daniel Gagnon
Daniel Gagnon
6 mois

Le problème c’est que le Memphrémagog devient une piste de course pour certains conducteurs de bateaux inconscients de la présence des autres plaisanciers et irrespectueux de l’environnement, surtout les week-ends où c’est souvent la folie furieuse et l’anarchie complète sur le lac.

Cela devient vraiment dangereux

Le bruit de certains bateaux hors-normes peut déranger des centaines de personnes et provenir de seulement quelques embarcations tonitruantes et extrêmement bruyantes, aux décibels si élevés qu’ils ne seraient tolérés sur aucune route ou autoroute.

Ces embarcations monstrueuses sont une nuisance continue, car elles sont utilisées non pas pour le plaisir de profiter du lac, mais pour faire de la vitesse et de bruyants jeux d’eau qui n’ont pas leur place sur notre magnifique lac.

Il faut que les gouvernements provincial et fédéral bannissent un certain nombre d’embarcations et édictent des règlements pour éviter cette pollution sonore insensée et dérangeante.

Respectons notre majestueux Memphrémagog!

Last edited 6 mois by Daniel Gagnon
Sylvie
Sylvie
6 mois
Répondre à  Daniel Gagnon

Que de solides arguments. Bien en accords avec vous.

C T
C T
6 mois

un premier geste facile pour diminuer le nombre d’embarcation serait d’augmenter et ce de facon importante le cout d’un accès à la descente à bateau pour les non résidents. Les pris sont beaucoup trop faible comparativement à d’autres municipalités. S’ils ont de l’argent pour se payer un bateau il devrait payer plus cher leur accès