Magog: un brochet de 25 livres remplace quelques perchaudes

Pierre-Olivier Girard
Magog: un brochet de 25 livres remplace quelques perchaudes
Jean Grenier a sorti sa plus grosse prise à vie sur le lac Magog, le 21 janvier dernier. Un moment immortalisé par son fidèle partenaire de pêche et frère jumeau, Jeannot Grenier. (Photo : gracieuseté)

PÊCHE SUR GLACE. Un pêcheur d’expérience a réussi sa plus belle prise à vie en sortant des eaux du lac Magog un brochet de 25 livres et 12 onces.

Jean Grenier était loin de se douter que sa journée de pêche du 21 janvier dernier allait se transformer en un conte de fée. Alors qu’il se trouvait à sa cabane en compagnie de son frère jumeau, le principal intéressé était davantage équipé pour attraper des perchaudes.

Toutefois, c’est plutôt un énorme brochet qui s’est invité à la fête. «Comme on dit, c’est une pêche d’une vie! Pas certain que je vais revivre ça un jour. Ce n’est pas un record sur le lac, car un de mes copains a déjà sorti un brochet de 27 lb il y a peut-être 20 ans. Mais disons que 25 lb, ce n’est pas quelque chose qui arrive très souvent!», raconte le Magogois.

D’autant plus que les conditions n’étaient pas les plus favorables pour espérer un tel scénario. Selon M. Grenier, les brochets se font plus discrets à cette période-ci de l’année. De plus, le trou fait dans la glace n’était pas conçu pour sortir un aussi gros poisson. «Malgré sa grosseur, le poisson n’a pas été très combatif. C’est comme un gars qui est lourd, ça court pas très vite. Un brochet d’une quinzaine de livres va être beaucoup plus féroce», poursuit celui qui a ramené la ligne à la main et non à l’aide d’un moulinet.

«Ça m’a pris peut-être cinq à six minutes pour le sortir de l’eau. Le plus dur, ça été de faire passer sa tête. Si le trou avait été plus grand, ça aurait été pas mal moins long. J’ai été chanceux, car souvent, le fil casse ou l’hameçon décroche. La chance a vraiment été de mon bord», soutient-il.

Malgré sa fierté, il n’était pas question pour le principal intéressé de repartir à la maison avec sa prise. Cette dernière a été aussitôt remise à l’eau. «Ces grosses femelles bourrées d’œufs sont des génitrices, alors on les remet toujours à l’eau, explique-t-il. J’aurais pu la garder, mais ça m’aurait donné quoi? Au moins, j’ai eu le temps de prendre une photo. Mon frère pensait avoir filmé, mais il était tellement excité que ça n’a pas fonctionné.»

Bien connu dans le milieu de la pêche dans la région, Jean Grenier se considère lui-même comme un maniaque de son sport. «Que ce soit la perchaude, l’achigan ou le brochet, moi et mon frère, on a toujours aimé ça. Ça nous vient de notre père qui nous amenait pêcher, d’où on vient en Abitibi, sur des lacs isolés accessibles seulement en motoneige ou en avion durant l’été. C’est d’ailleurs là que j’ai vu sortir pour la première fois un poisson de 25 lb. J’avais peut-être 12 ou 13 ans à l’époque et ça m’avait vraiment marqué. Je pensais jamais que ça allait m’arriver un jour!», conclut-il.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
3 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Jacqueline G.Lacasse
Jacqueline G.Lacasse
3 mois

Félicitations pour cette belle prise! et, quel beau geste aussi de la remettre à l’eau afin que d’autres poissons voient le jour dans ce lac.

Daniel Gagnon
Daniel Gagnon
3 mois

Bravo à Jean Grenier pour la prise, pour la patience et le savoir-faire!
Et aussi pour le respect du lac en remettant la mère brochet à l’eau pour la continuation de la pêche.
Un beau geste consciencieux qui contraste avec les cupides promoteurs à millions qui ne pensent qu’à contourner les règles et qui n’ont aucun souci de notre beau lac, comme on a pu le voir encore récemment.

trackback
Après la pêche de sa vie, Jean Grenier retombe les deux pieds… dans l'eau! - Le Reflet du Lac
3 mois

[…] avoir vécu sa plus belle journée de pêche à vie en attrapant un brochet de plus de 25 lb (voir autre article), Jean Grenier est retombé les deux pieds sur terre… ou plutôt dans l’eau, alors que la […]