Le CAB de Magog se retrousse les manches pour limiter les dégâts de la COVID

Par Dany Jacques
Le CAB de Magog se retrousse les manches pour limiter les dégâts de la COVID
Le co-chef Camille Gagnon ainsi que les bénévoles Christiane Marcoux et Louis Cardinal figurent parmi les gens ayant mis la main à la pâte pour répondre aux besoins croissants de la popote roulante. (Photo : Le Reflet du Lac – Dany Jacques)

SOCIÉTÉ. Les plus récentes statistiques du Centre d’action bénévole (CAB) de Magog démontrent clairement qu’il demeure un service plus qu’essentiel pendant la présente pandémie pour les personnes vulnérables de la région.

Depuis les neuf derniers mois, quelque 5000 heures de bénévolat y ont été consacrées dans toutes les activités d’entraide pour soutenir 500 personnes.

L’impact de la COVID-19 s’est fait particulièrement sentir à la popote roulante avec une hausse de 34%. Cette augmentation se traduit par une moyenne de 210 repas livrés par jour, incluant des sommets à 240 en décembre.

Entre avril et décembre 2020, ce sont donc un grand total de 36 324 repas qui ont été livrés à domicile, soit 9000 de plus que la même période de l’année précédente.

Le CAB a eu recours à 120 bénévoles pour effectuer tout ce travail de livraison. Il s’agit d’une hausse globale de 63% en termes d’heures de bénévolat particulièrement marquée dans la cuisine.

Ces besoins croissants ont évidemment eu un impact sur le coût d’acquisition de la nourriture. La facture a bondi de 30 000 $ pour atteindre presque les 100 000 $, détaille le directrice générale Nathalie Noël.

«Ces chiffres seraient encore plus élevés avec les repas de la Table de l’amitié et des soupers communautaires, qui ont été annulés en raison des mesures sanitaires, ajoute-t-elle. Et toutes ces augmentations s’ajoutent à des hausses déjà observées l’année précédente.»

 

«Un grand espoir se réveille»

Plusieurs heures de bénévolat ont également été consacrées afin d’assurer une présence bienveillante auprès des aînés, des proches aidants et des bénévoles qui gravitent autour de l’organisme jadis connu sous le nom du Carrefour du partage.

La créativité était notamment au rendez-vous au projet «Créer pour réconforter», qui a recruté une trentaine de bénévoles ayant tricoté, crocheté, tissé, cousu et brodé 310 pièces d’artisanat. Ces items ont été distribués à autant de personnes, majoritairement celles qui reçoivent la popote roulante.

Des pots de soupe réconfortante (ingrédients secs) ont également été offerts à des personnes en légère perte d’autonomie. Des bénévoles ont reçu un festin des Fêtes. Des proches aidants et des usagers ont bénéficié de boîtes d’activités créatives conçues par un artiste afin de fabriquer de belles choses pour combattre la grisaille liée à la pandémie.

Mme Noël remercie Édith Séguin et Suzanne Gallagher pour avoir mis en branle une grande partie de ces initiatives. Elle a également de très bons mots pour tous les bénévoles impliqués.

«La crise actuelle est certes difficile, mais en regardant le dévouement des employés et des bénévoles du CAB, un grand espoir se réveille, applaudit la directrice générale. Peu importe la situation, les personnes humaines trouveront toujours une manière créative de soutenir leur communauté.»

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Suzanne
Suzanne
4 mois

Bravo à tous les bénévoles