Eastman: le Théâtre La Marjolaine récompensé pour avoir fait rayonner le français

Par Patrick Trudeau
Eastman: le Théâtre La Marjolaine récompensé pour avoir fait rayonner le français
Le président de la Société nationale de l'Estrie, Étienne-Alexis Boucher, a remis le premier Prix Rodrigue-Larose au Théâtre La Marjolaine et à son propriétaire Marc-André Coallier. (Photo : gracieuseté)

HONNEUR. Pionnier des théâtres d’été au Québec, le Théâtre La Marjolaine est le premier récipiendaire du Prix Rodrigue-Larose, décerné par la Société nationale de l’Estrie (SNE) à un organisme ou entreprise ayant contribué au rayonnement de la langue française.

Instauré en collaboration avec le Conseil de la culture de l’Estrie, ce prix sera remis aux deux ans. Il est assorti d’une bourse de 1000 $. «C’est un très beau cadeau dans une année particulièrement difficile pour les salles de spectacles. Quelle belle façon de souligner les 60 ans du plus vieux de nos théâtres d’été», a louangé le président et directeur de La Marjolaine, Marc-André Coallier.

«Durant toutes ces années, c’est près d’un million de spectateurs qui sont passés par la grange d’Eastman. Pour plusieurs, c’était une initiation au théâtre… et au français», a ajouté M. Coallier.

Organisme voué à la promotion de la langue française, de l’histoire et de la culture du Québec, la SNE est notamment responsable des célébrations de la Fête nationale du Québec en Estrie. Elle organise aussi des colloques et conférences portant sur des enjeux historiques et contemporains.

C’est l’ancien député péquiste Étienne-Alexis Boucher qui en est le président.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Daniel Gagnon
Daniel Gagnon
4 mois

Il est évident que le français au Québec reste sous pression.
Une langue, c’est comme une plante vivante, elle a besoin d’espace pour vivre et respirer, elle a besoin du respect de son entourage, de l’harmonie de son environnement, et surtout de sa place au soleil, elle a besoin d’être protégée des espèces envahissantes.

Un beau bravo à Marc-André Coallier pour ce prix remis par la Société nationale de l’Estrie ! « Quelle belle façon de souligner les 60 ans du plus vieux de nos théâtres d’été», a louangé le président et directeur de La Marjolaine, Marc-André Coallier ».

Il faut rester vigilant et nous devons continuer de nous affirmer dans notre langue française si unique en terre d’Amérique, si courageuse et lumineuse dans cette mer de 350 millions d’anglophones qui nous entoure.