Mission économique virtuelle en Europe pour la Ville et Magog Technopole

Par Pierre-Olivier Girard
Mission économique virtuelle en Europe pour la Ville et Magog Technopole
Vicki-May Hamm (Photo : tirée de Facebook - CILG VNG International)

AFFAIRES. La Ville de Magog et Magog Technopole effectueront une opération virtuelle de maillage avec des entreprises de la Belgique, du Pays-Bas et du Luxembourg, du 7 au 11 décembre.

L’objectif consiste à envisager des partenariats et à analyser des occasions d’affaires dans ces pays du Benelux. En plus de rencontres avec des acteurs politiques et économiques, les entreprises membres de Magog Technopole pourront découvrir d’autres compagnies innovantes grâce à des activités de réseautage en ligne.

La mairesse de Magog, Vicki-May Hamm, souhaite établir des liens de collaboration dans le but d’attirer des investissements étrangers. «Il s’agit d’une vitrine exceptionnelle pour faire rayonner nos entreprises œuvrant dans le secteur des technologies et des communications (TIC), tout en leur permettant de poursuivre leur croissance de façon innovante», explique-t-elle.

Magog s’intéresse à ce «grand potentiel de partenariats», car les pays du Benelux représentent le premier marché d’exportation du Québec en Europe. Le secteur des TIC y est également en constante croissance.

La Ville de Magog est la première ville au Québec à participer à une foire virtuelle organisée par le Carrefour Québec International (CQI)

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Daniel Gagnon
Daniel Gagnon
1 mois

Attention! Des investisseurs, c’est bien. Mais à quelles conditions?
D’abord, beaucoup d’investisseurs étrangers prennent nos subventions et ferment boutique deux ans après.
Ensuite, s’agit-il de projets de développement durable respectant l’environnement?
Troisièmement, s’agit-il de compagnies qui vont payer des impôts au Québec?
Luxembourg? Gare à l’évitement fiscal!
Le Luxembourg a la belle réputation d’être un paradis fiscal. Il faut savoir que le Luxembourg reste le paradis fiscal de choix des entreprises canadiennes (Journal de Montréal)
Il faut se souvenir aussi de Bombardier a fait transiter des centaines de milliers de dollars par le Luxembourg un paradis fiscal dont profitent beaucoup de grandes entreprises.(Radio-Canada)
Plus récemment le géant montréalais de la chaussure « Aldo » a fait passer les revenus de ses activités par le Luxembourg pour éviter de payer les impôts ici. (TVA nouvelles)
Finalement, avec cette mission économique virtuelle de la Mairie de Magog, on irait au Luxembourg pour séduire des compagnies qui ne paieraient pas d’impôt au Québec et au Canada?

Last edited 1 mois by Daniel Gagnon