Pandémie: peu d’impact sur les «mauvais payeurs» à Magog

Par Pierre-Olivier Girard
Pandémie: peu d’impact sur les «mauvais payeurs» à Magog
Hôtel de ville de Magog (Photo : Le Reflet du Lac - Archives/Pierre-Olivier Girard)

MAGOG. Malgré une économie au ralenti, les comptes impayés à la Ville de Magog demeurent sensiblement les mêmes depuis le début de la pandémie, avec une légère hausse des payeurs en défaut ou en retard de paiement.

Sans toutefois avoir des données pour comparer aux années antérieures, la directrice des finances, Manon Courchesne, observe une «petite hausse» des mauvais payeurs chez Hydro-Magog. Toutefois, à son avis, il s’agit pour la plupart des mêmes personnes que par le passé. «Ce sont des gens qui ne paient pas et qui ne prennent pas d’entente de paiement avec nous. On s’attend à avoir plus de comptes à radier éventuellement, car en raison de la pandémie, le gouvernement nous interdit pour le moment de couper le service à ces personnes, explique-t-elle.

En ce qui concerne les comptes de taxes, Mme Courchesne confirme que bien des gens ont accepté l’offre de la Municipalité, au printemps dernier, de reporter le paiement d’avril à septembre. «Plus de gens qu’à l’habitude n’ont pas fait leur paiement dans les délais. Mais plusieurs étaient mélangés avec le report de paiement. Certains pensaient qu’ils avaient payé ou d’autres ont tout simplement oublié. Je ne crois pas que la situation est due à l’économie, mais bien au changement d’habitudes», explique la directrice, qui n’était pas en mesure de chiffrer le nombre de propriétaires ayant profité de cette mesure.

Si la situation actuelle perdure encore dans le temps, il se pourrait que davantage de contribuables se retrouvent en situation financière précaire. La Ville de Magog les invite, si nécessaire, à communiquer avec elle pour trouver une solution. «Il est toujours possible de prolonger les délais pour payer quand une personne se retrouve en difficulté. L’objectif de la Municipalité est toujours de récupérer le plus d’argent possible à l’amiable avant de transférer un dossier au service du greffe et d’entamer des procédures judiciaires», conclut-elle.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires