La bonne nouvelle: Ducs de Montrichard veut doubler son chiffre d’affaires

Par Dany Jacques
La bonne nouvelle: Ducs de Montrichard veut doubler son chiffre d’affaires
Sandra Fontaine et Caroline Berger assurent la croissance de leur entreprise en compagnie de Luc Blanchette (absent lors de la photo). (Photo : Le Reflet du Lac - Dany Jacques)

AFFAIRES. Déjà présente dans plusieurs régions du Québec, l’entreprise agroalimentaire Ducs de Montrichard projette de rayonner davantage dans la province et d’étendre son marché jusqu’en Ontario.

Pour ce faire, cette PME du Canton d’Orford vient d’investir 300 000 $ pour agrandir ses installations et accroître sa capacité de production. Une autre tranche de 300 000 $ s’ajoutera l’an prochain pour compléter cette expansion.

L’objectif de Sandra Fontaine, Luc Blanchette et Caroline Berger consiste à doubler leur chiffre d’affaires d’ici les trois prochaines années. Il s’agit d’une autre importante étape de développement, car ce même chiffre d’affaires avait déjà été doublé depuis l’acquisition de cette entreprise en 2010.

«On veut prendre notre place au Québec et s’installer en Ontario, mais nous irons à petits pas pour atteindre nos objectifs», résume la relève des copropriétaires, Caroline Berger.

Cette expansion se traduirait sur le terrain par une présence à la hausse sur les tablettes québécoises. Le nombre de points de vente devrait passer de 300 à 600, ce qui signifie que les rillettes et les terrines produites sur le chemin Alfred-Desrochers seraient notamment présentes dans toutes les épiceries IGA et Métro de la province.

Une refonte de l’image commerciale, un plan de communication, une plus grande visibilité, un site web amélioré et de nouveaux produits permettront de relever le défi, aux dires de la direction.

 

«On cuisine comme à la maison»

Sandra Fontaine assure que cette hausse de la production et de la distribution n’affectera en aucun cas la qualité des produits. Au contraire, un souci quotidien est maintenu dans les cuisines de cette entreprise artisanale et familiale. «On fait nos petits pots comme si on était à la maison», image-t-elle.

Ducs de Montrichard croit avoir réussi à déjouer la COVID-19, malgré quelques bâtons placés dans les roues en raison de la crise sanitaire. Au revoir les événements agroalimentaires comme la Fête des vendanges Magog-Orford, mais le souci accru d’acheter local par les consommateurs québécois a compensé, en quelque sorte, les pertes générées par l’annulation des foires alimentaire de dégustation.

La matière première de l’entreprise provient également du Québec dans une forte proportion du volume total, sinon en provenance du Canada. Ducs de Montrichard s’associe également à des partenaires régionaux, comme le vignoble Le Cep d’Argent, pour créer par exemple la gelée L’Archer.

Cinq nouveaux produits ont été mis en marché en 2019. D’autres suivront dès 2021, comme une surprise conçue à base d’une bière artisanale québécoise.

Mme Fontaine se dit très fière d’assurer la croissance d’une PME qui existe depuis 1994. Elle le doit, selon ses dires, à la qualité de ses produits transformés sans gluten, sans porc ni agent de conservation chimique.

Installé au 388, chemin Alfred-Desrochers, la boutique offre une panoplie de rillettes 100% canard, des terrines de gibier, du foie gras – incluant la populaire Crème brûlée au  foie gras –, des gelées, des viandes fraîches, du chili, de la sauce à spaghetti au canard, etc.

Info : ducsdemontrichard.com

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Nicole croteau
Nicole croteau
4 mois

Bravo les filles lâchez pas tellement bon vos pâtes