Lac Orford: réflexion autour d’un site de baignade improvisé

Par Pierre-Olivier Girard
Lac Orford: réflexion autour d’un site de baignade improvisé
Le terrain qui attire les amateurs de baignade est situé le long de la route 112, non loin de la halte routière se trouvant à la limite d'Austin et Eastman. (Photo : gracieuseté)

SÉCURITÉ. Un petit terrain municipal situé aux abords du lac Orford, à Austin, est devenu un lieu de rassemblement pour les amateurs de baignade. Une popularité telle que la Municipalité est contrainte de s’y attarder, question de voir si ces activités improvisées pourront se poursuivre ou tout simplement cesser.

La petite superficie gazonnée est située le long de la route 112, non loin de la halte routière. L’endroit sert avant tout de point d’eau pour permettre aux pompiers de remplir leur camion-citerne, en cas d’incendie à proximité.

Toutefois, comme il s’agit du seul accès non privé sur le plan d’eau, l’endroit est devenu un attrait de plus en plus populaire au fil du temps. «Ce n’est pas quelque de chose de nouveau, car il y avait déjà des baigneurs à l’époque du maire Nicolet, se souvient la mairesse d’Austin, Lisette Maillé. Le problème est que la fréquentation est de plus en plus importante, au point tel de mettre la Municipalité à risque par rapport à ses assurances. On ne peut plus fermer les yeux.»

Parmi les usagers, il y a des clubs de triathlon qui choisissent ces eaux calmes pour s’exercer. On compte également des randonneurs du parc national du Mont-Orford, dont un des accès est situé tout près, qui en profitent pour faire une saucette après une bonne journée d’activité. Les amateurs de kayak, planche à pagaie et canot profitent aussi de cet endroit pour mettre leur équipement à l’eau.

Et s’ajoutent à cette liste des plongeurs, puisque le lac Orford est reconnu pour la clarté de ses eaux, sans compter qu’une épave de train reposerait dans ses profondeurs. «On a mandaté la Société de sauvetage du Québec pour faire une étude pour voir si on peut aménager l’endroit de manière sécuritaire, et à quel prix, ou s’il serait préférable de le fermer complètement, ce qui me désolerait personnellement. Le document est en cours d’analyse par le conseil municipal avant d’être rendu public», fait-elle remarquer.

Le même exercice a été effectué au quai Bryant, qui est le seul accès public au lac Memphrémagog sur le territoire d’Austin. On veut voir si un réaménagement du site, accessible par le chemin Nicholas-Austin, pourrait être envisageable pour la baignade.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
7 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
David Sharpe
David Sharpe
10 mois

Depuis le debut de Covid et les restrictions d’acces aux plages environnantes ce point de baignade est devenu beaucoup trop achalande, durant les beaux jours d’ete cette petite pointe de terre comptait facilement 16 a 20 personnes entassees les uns contre les autres…la distanciation etait pas 2 metres mais plutot 20 centimetres…raison…aucun controle de l’acces c’est un  »free for all »

David
David
10 mois
Répondre à  David Sharpe

Quand est ce que la dernière foi y a t il eu une noyade a cet endroit? Je comprend que cet accès libre a un plan d’eau puisse agacer les controlfreak. Mais est ce que l’on a besoin de tout légiférer? Est ce qu’il peut rester des espaces de liberté dans notre société?

David Sharpe
David Sharpe
10 mois
Répondre à  David

J’ai aucun problem avec le fait d’avoir un plan d’eau accessible, je reside tout pres mais quand on recommande de garder une distance securitaire et que plein de gens s;entassent sur ce tres petit lot de terrain c’etait devenu ridicule de permettre autant de gens sur les lieux, les plansanciers auraient du savoir mieux mais on dirait que quand les choses deviennent un peu plus complexe les gens deviennent plus niaiseux que n’importe quoi d’autre, y avait des jours ou meme les voitures se stationnaient direct en face de lentree de la plage de quoi se foutre de tout le monde, je suis bien ok avec la plage mais pas quand cette derniere est envahie par des non-residents d’Austin ou Eastman

Luc Pellerin
Luc Pellerin
3 mois
Répondre à  David

Absolument David. J’habite à 200m de là sur la 112. le reflet de cette semaine 9 juin, annonce maintenant la fermeture. Pour des motifs erronées. La municipalité de Austin joue à l’autruche depuis des années. Leur inaction, et branlage dans le manche et le pelleter en avant cause cette fermeture sauvage en période de canicule. . Le plus grand risques est l’importation de PLANTES ENVAHISSANTES qui n’existent pas… pour le moment au lac Orford. Une station de lavage serait possible et génèrerait un emplois étudiant. Ils pourraient aussi interdire toutes enbarcations autre que les paddle boards qui sont vraiment facile à contrôler pour les plantes envahissantes. Les kayaks sont déjà plus dangeureux puisque de l’eau de d’autres lac peut subsister à l’intérieur. Laver les embarcations serait un problème pour nos écologistes enragés puisque devrait être sur le terrain du stationnement au coin du chemin North… qui a été construit dans une zone humide mais bon… là, il faut trouver une solution et rapidement!!!

Patrick Bergeron
Patrick Bergeron
3 mois
Répondre à  Luc Pellerin

Salut Luc , on pourra en jaser …j’ai proposé une station de lavage qui recycle son eau et la traite …,mais la municipalité dû a un manque de main d’oeuvre ….préfère attendre à l’été prochain pour en installer une mais automatisé !

Luc Pellerin
Luc Pellerin
3 mois
Répondre à  Patrick Bergeron

C’est vraiment dommage de mettre les gens dans une telle situation sans avoir prévu la solution. Je crois que les gens paieraient volontier un frais minimum obligatoire. De plus, ils ont décrit qu’on en avait par dessus la tête en quelques mètres ce qui ne correspond pas du tout a la réalité. C’est vrai a la halte routière. Mais pas à cet endroit.

Philippe Couture
Philippe Couture
2 mois
Répondre à  Luc Pellerin

Encore les boomers egoiste. Les boomers ont redefini « les femmes et enfants d’abord » par « moi en premier les autres ont verra. »

Lacces aux lacs et la nature au Québec ca fait pitié. En europe et usa, royaume du capitalisme, la nature est beaucoup plus accessible et peu cher voir gratis.