Le hockey mineur redémarre avec des matches hors-concours

Par Patrick Trudeau
Le hockey mineur redémarre avec des matches hors-concours
À défaut de disputer une saison régulière «normale», les hockeyeurs de la région de Magog pourront tout de même jouer des matches hors-concours durant les prochaines semaines. (Photo : Le Reflet du Lac – Archives/Patrick Trudeau)

MAGOG. Les jeunes hockeyeurs de la région de Magog ont avancé d’un pas dans le cheminement de leur saison, alors qu’ils ont maintenant l’autorisation de jouer des parties hors-concours face aux autres associations de la Zone Orford-St-François.

Ces matches seront disputés avec des arbitres et marqueurs, mais aucune statistique ne sera comptabilisée.

En fait, ces premières joutes devraient être disputées à la mi-novembre seulement, puisque toutes les équipes simple lettre seront en évaluation de joueurs jusqu’à cette période. «On va préparer des calendriers un mois à la fois. On ne veut pas planifier trop longtemps d’avance, car on sait tous que les choses peuvent changer rapidement en contexte de pandémie», a expliqué le coordonnateur et directeur technique de Hockey Magog, Ghyslain Héroux.

Déjà formées depuis quelques semaines, les équipes M11 BB et M13 BB (atome et pee-wee double lettre) ont disputé chacune une première joute hors-concours à Granby, dimanche dernier.

Notons par ailleurs qu’aucun tournoi magogois n’a encore été annulé, même si rien ne laisse présager qu’ils pourront avoir lieu. «On va tenir une réunion au début décembre pour décider du sort du Tournoi atome pee-wee, qui est le premier prévu à notre horaire (fin janvier). On se garde encore une porte ouverte», a maintenu M. Héroux.

Climat de méfiance

Si plusieurs parents et joueurs se réjouissent de la reprise des activités entre différentes régions, d’autres semblent plus réticents à se rendre dans une autre ville.

Ghyslain Héroux a même noté un climat de méfiance, tout dépendant où le match est prévu.

«Des gens sont inquiets parce qu’on s’en va dans une ville où il y a eu un certain nombre de cas, comme par exemple à Granby. Il faut faire une distinction entre une éclosion qui a eu lieu dans un établissement de santé et le milieu sportif, surtout que plusieurs mesures de sécurité sont prises dans nos arénas», fait-il valoir.

«D’ailleurs, je trouve dommage que d’autres organisations refusent de venir à Magog, parce que les parents des équipes M13 et plus ne sont pas admis dans notre aréna. On fait ça justement pour la sécurité de tout le monde», a-t-il rappelé.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires