Location court terme au Domaine Chéribourg: les élus pourraient bientôt se prononcer

Par Pierre-Olivier Girard
Location court terme au Domaine Chéribourg: les élus pourraient bientôt se prononcer
Plusieurs propriétaires du secteur Chéribourg, dans le Canton d'Orford, loue leur résidence sur une base régulière. (Photo : Le Reflet du Lac – Archives)

HÉBERGEMENT. Le dossier de la location court terme dans le Domaine Chéribourg pourrait revenir à la prochaine assemblée publique du Canton d’Orford, le 2 novembre prochain. Toutefois, impossible de savoir quelle direction prendra le conseil municipal.

Le dossier a fait beaucoup jaser dans la municipalité au cours des derniers mois, alors que les élus songent à encadrer cette activité dans ce secteur, où plusieurs propriétés sont louées sur une base régulière.

Le projet de règlement à l’étude consisterait à refuser toute nouvelle de demande de permis pour ce secteur et de conserver les droits acquis de ceux qui offrent déjà cette forme d’hébergement.

Les citoyens ont d’ailleurs été invités à exprimer leur point de vue sur cette activité commerciale, notamment lors d’une consultation publique tenue en juillet dernier. Pour certains, le va-et-vient de touristes dans ce secteur résidentiel est une nuisance pour leur quiétude. À l’inverse, d’autres considèrent que cette offre répond à un réel besoin et se fait dans le respect du voisinage.

Après avoir entendu les «pour» et les «contre» de chaque partie, la mairesse du Canton d’Orford, Marie Boivin, soutient que son opinion demeure la même. «Ma position, les gens la connaissent et elle n’a pas changé. Pour moi, c’est important de préserver le tissu social dans ce secteur. Si le nombre de nuitées continue d’augmenter, ça menace réellement cet équilibre qui est déjà fragile», soutient-elle.

La première magistrate s’est toutefois abstenu de se mouiller davantage à savoir quelle pourrait être la position du conseil quant à la suite des choses. Rappelons que si le projet de règlement est adopté dans sa forme actuelle, les citoyens en défaveur pourront toujours faire une demande pour la tenue d’un registre. Et s’il registre il y a, et que le nombre de signatures est suffisant, la démarche sera alors bloquée.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires