Fernand Courchesne a dû se résoudre au télésiège pour atteindre «son» Everest

Par Patrick Trudeau
Fernand Courchesne a dû se résoudre au télésiège pour atteindre «son» Everest
Fernand Courchesne a couru jusqu'au sommet du mont Orford à 19 reprises, les 19 et 20 septembre derniers. (Photo : gracieuseté – Carl Lévesque Imbeault)

ASCENSION. Fernand Courchesne souhaitait réaliser 19 ascensions et descentes du mont Orford de façon consécutive, les 19 et 20 septembre derniers, afin d’équivaloir au dénivelé du mont Everest. Il n’avait toutefois pas prévu que les blessures seraient au rendez-vous.

En raison d’importantes douleurs à la jambe, l’homme de 52 ans a dû se résoudre à utiliser le télésiège pour la moitié des descentes. «Les douleurs sont apparues dès la 2e descente et j’ai alors décidé de marcher, au lieu de courir. Mais après 10 descentes, ce n’était plus supportable. La seule option était de prendre la gondole, si je voulais terminer mon défi», a-t-il expliqué.

«Étonnamment, je n’avais pas vraiment de difficultés avec les montées, car ce ne sont pas les mêmes muscles qui travaillent. Quand tu descends une montagne en courant, ça cause un impact incroyable sur les jambes», a-t-il fait remarquer.

Malgré les difficultés, Fernand Courchesne se réjouissait d’avoir complété les 19 montées, et ce, en un temps de 36 heures environ. «Si on calcule le dénivelé positif (plus de 8800 mètres), ça équivaut à la hauteur de l’Everest et c’était l’objectif de départ», fait-il valoir.

En plus de s’imposer un défi personnel, celui qui est aide auxiliaire au CLSC de Magog souhaitait amasser des fonds pour l’organisme «Les courses partagées».

Il est toujours possible d’appuyer sa campagne de financement en passant par la plateforme GoFundMe sur le lien suivant 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires