Magog: opération déboisement autour des poteaux électriques

Par Pierre-Olivier Girard
Magog: opération déboisement autour des poteaux électriques
Les travaux de déboisement ont débuté la semaine dernière devant l'usine Nouryon (Akzo Nobel), à Magog. (Photo : Le Reflet du Lac – Patrick Trudeau)

ARBRES. Question de sécuriser son réseau électrique face aux intempéries, Hydro-Québec procède depuis la semaine dernière à une importante opération de déboisement le long du chemin de la Rivière, à Magog.

Les travaux ont débuté devant l’usine Nouryon (rue St-Patrice Est) et s’étirent jusqu’au secteur Deauville. Ils devraient durer quelques jours encore et ils se déroulent principalement le long de la voie ferrée du Canadien Pacifique, touchant très peu de terrains privés.

Si l’opération peut paraître exagérée aux yeux de certains, pour d’autres, elle prend toute son importance en cette ère où les épisodes climatiques extrêmes deviennent monnaie courante.

La fameuse tempête de l’Halloween 2019, qui avait engendré plusieurs pannes de longue durée, en est un bel exemple. «On fait face à de plus en plus d’événements de grands vents. Quand  la végétation touche le réseau électrique, ça fait déclencher les mécanismes de protection et ça cause des interruptions de courant. Et si les arbres brisent les fils, les pannes sont encore plus importantes», fait valoir la porte-parole d’Hydro-Québec, Nadine Jeannotte.

«Si on veut assurer la sécurité des citoyens et maintenir une qualité de service, c’est le genre de travaux qu’on doit faire occasionnellement. On sait qu’une telle opération est très visible pour ceux qui habitent à proximité et que ça peut susciter de la grogne. Mais, on ne fait pas ça pour le plaisir», tient à préciser Mme Jeannotte.

Plus durable

Si la société d’État a choisi de faire du déboisement, au lieu de l’élagage, c’est pour éviter de devoir faire de l’entretien sur une base quasi annuelle, dans cette section où la végétation pousse «pêle-mêle» depuis plusieurs années. «On va faire de l’élagage plus souvent en milieu urbain, près des résidences privées. Mais dans un secteur comme le chemin de la Rivière, l’intervention la plus durable et la plus efficace, c’est le déboisement. Ça permet de dégager complètement l’emprise du réseau électrique», explique la porte-parole.

Cette dernière précise également qu’il est tout à fait normal que des résidus de bois, ou même des troncs entiers, aient été laissés sur place par les employés affectés aux travaux. «Les branches qui sont laissées au sol favorisent la biodiversité. D’ici un an ou deux, la nature aura repris sa place», estime Nadine Jeannotte.

 

*Avant de planter un arbre sur votre propriété (arbres.hydroquebec.com/)

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires