Le MCI s’attaque au bruit des bateaux au lac Memphrémagog

Par Dany Jacques
Le MCI s’attaque au bruit des bateaux au lac Memphrémagog
(Photo : Le Reflet du Lac/Archives - Dany Jacques)

POLLUTION SONORE. Le groupe Memphrémagog Conservation Inc. (MCI) s’associe à une coalition canadienne (Décibel) pour s’attaquer à la pollution sonore qui s’aggrave depuis trois décennies sur le lac Memphrémagog.

C’est l’avis du président du MCI, Robert Benoit, qui observe un problème de bruit causé par un plus grand nombre d’embarcations sur les plans d’eau, mais aussi par l’augmentation de la force des moteurs propulsant ces bateaux. «C’est de pire en pire», peste-t-il.

«En raison de la grande présence des Québécois sur les plans d’eau, l’été 2020 a connu une augmentation importante de l’utilisation des embarcations motorisées sur le lac, entraînant des impacts environnementaux liés entre autres à la pollution sonore, à la remise en suspension des sédiments du fonds, à la coupe de plantes aquatiques dans les milieux sensibles et à la propagation de la moule zébrée et autres espèces exotiques envahissantes», s’inquiète M. Benoit.

Le MCI représentera le Québec à la tête de la Coalition Décibel. M. Benoit dit que ses membres ont eu la sagesse de s’associer également aux fabricants d’embarcations à moteur pour convaincre le gouvernement fédéral de modifier la réglementation. «La technologie existe pour réduire le bruit sans diminuer pour autant la force des moteurs, spécifie-t-il. Certains États américains et des pays européens imposent déjà ces restrictions. Pourquoi pas ici? »

M. Benoit croit «malheureusement» avoir la réponse. Il pense que les amateurs de sensations fortes préfèrent la testostérone que leur procurent la vitesse et le bruit des moteurs.

Le MCI et la Coalition Décibel implorent Ottawa de penser au bien-être des riverains qui subissent les contrecoups de la circulation des embarcations motorisées. Selon ces organismes, ces usagers génèrent également d’autres problématiques associées à la consommation d’alcool, aux vagues, à la sécurité et au civisme.

«Nous ne souhaitons pas créer des lacs privés et interdire les bateaux à moteur, assure M. Benoit qui habite lui-même sur les rives du lac Memphrémagog depuis de nombreuses années. Mais on peut réclamer un peu plus de quiétude.»

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Daniel Gagnon
Daniel Gagnon
1 année

Monsieur Robert Benoit du MCI a parfaitement raison : il y un problème de bruit sur le Memphrémagog. Certaines fins de semaine, le bruit de certains bateaux (parfois occupés par une ou deux personnes seulement) peut résonner et pétarader dans toute la Baie de Magog et incommoder des centaines de riverains au point que parfois il faut cesser d’écouter la conversation de ses amis, de ses proches ou encore le clapotis des vagues et le vent dans les arbres. Le Memphrémagog n’est pas une piste de course. Ces bateaux causent une grave perturbation de la faune et de la flore. Certains moteurs sont si tonitruants qu’on peut les entendre à des kilomètres sur le lac. Il est incompréhensible qu’on laisse quelques bateaux tapageurs troubler ainsi la paix de notre majestueux lac. La nature est là pour nous permettre de nous ressourcer et de gérer le stress de la vie de tous les jours.