Sept sauvetages en quatre semaines au parc national du Mont-Orford

Par Dany Jacques
Sept sauvetages en quatre semaines au parc national du Mont-Orford
Les sauvetages en montagne augmentent le degré de difficulté pour les secouristes, en raison de la chaleur, des sentiers parfois accidentés et de la distance à parcourir pour atteindre le randonneur blessé. (Photo : Archives – gracieuseté – Jean-François O’Neil)

SÉCURITÉ. Les pompiers du Canton d’Orford et de Magog ont maintenant réalisé sept sauvetages en quatre semaines dans le parc national du Mont-Orford. Les trois plus récents de juillet s’ajoutent à ceux du mois dernier.

Le Service de sécurité incendie du Canton d’Orford a répondu à un appel le 2 juillet dernier vers 18 h 40. Une dame de Québec venait de subir une foulure à une cheville au début du Sentier des Crêtes, dans le secteur du lac Stukely.

Elle était heureusement au début de sa randonnée. Huit pompiers ont toutefois dû marcher 500 mètres dans ce sentier pour aller la secourir, puis franchir la même distance pour le retour avec la blessée transportée sur une civière.

Les pompiers étaient retournés à la caserne vers 21 h, mais ce sauvetage aurait été beaucoup plus périlleux avec une victime blessée plus haut dans le sentier.

Le capitaine Serge Berthelette réitère son message de prudence déployé le mois dernier après un sauvetage en hélicoptère au sommet du mont Chauve. «Ces sentiers sont assez sportifs et il faut se préparer en conséquence avant de gravir ces montagnes, prévient-il. Les randonneurs doivent être bien chaussés et avoir de l’eau pour parcourir des distances s’étirant parfois sur une dizaine de kilomètres, surtout en cette période de canicule.»

M. Berthelette recommande d’être toujours accompagné avant de fouler ces sentiers, surtout que les téléphones cellulaires ne fonctionnent pas toujours à 100 % dans la forêt et les montagnes. Il suggère aussi d’amorcer la randonnée tôt dans la journée pour éviter un retour à la noirceur.

Il s’agit du premier sauvetage au Sentier des Crêtes cette année.

Les pompiers y sont intervenus à trois reprises en 2019, dont une opération périlleuse au pic aux Corbeaux (altitude de plus de 400 mètres) qui s’était fait à la noirceur. «Ce n’était vraiment pas évident», se souvient M. Berthelette.

Une sixième intervention vendredi dernier

La majorité de ces sauvetages ont été réalisés par l’équipe d’Orford, à l’exception notamment du 3 juillet dans le secteur du camping du lac Stukely. Les pompiers de Magog ont été appelés à secourir un joggeur de 80 ans qui souffrait de douleur à la poitrine. Il avait repris conscience au moment de se rendre à l’hôpital.

Un septième sauvetage samedi

Une jeune femme de 21 ans a été rescapée sous une chaleur torride, le 4 juillet. Elle s’est foulée une cheville en randonnant avec des amis dans le sentier menant au mont Chauve. Les marcheurs étaient à environ 3,5 km du camping Stukely. Le sauvetage effectué par les pompiers de Magog et d’Orford a duré trois heures.

 

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des