La saison de l’autocueillette est lancée dans les Cantons

Boris Chassagne, Initiative de journalisme local
La saison de l’autocueillette est lancée dans les Cantons
Ann-Renée Tisseur et son conjoint Sébastien Lefebvre (Ferme potagère) (Photo : gracieuseté)

AGROALIMENTAIRE. Les amateurs de petits fruits vont se pouvoir se régaler au cours des prochains mois. La savoureuse saison d’autocueillette est lancée. Une belle manière de soutenir les producteurs de fruits et de légumes de la région.

Les 45 producteurs en autocueillette des Cantons-de-l’Est ouvriront leurs champs et fermes aux cueilleurs amateurs et professionnels en quête d’une bonne dose de vitamine C. Les 45 entreprises regroupées sous la signature de Souvenirs de Cueillette ont mutualisé leurs efforts pour faciliter l’accès aux consommateurs et stimuler l’approvisionnement local.

Et il n’y a pas que des fraises au programme. On parle en fait, de 21 produits à découvrir ou redécouvrir entre juin et décembre! Oui, même aux portes de cette saison dont on taira le nom… Parmi eux : camerise, fleurs comestibles, fraise d’été et d’automne, cassis, gadelle, cerise griotte, framboise d’été et d’automne, bleuet, groseille, mûre, argousier, pomme, prune, aronia, poire, raisin, sureau, légumes variés, courges, citrouilles et arbre de Noël.

L’autocueillette pour les fraises dans les Cantons-de-l’Est, doit débuter aux environs du 29 juin.

De nombreuses fermes vendent aussi leurs produits en kiosque et certaines, la possibilité de commander par téléphone ou en ligne. Mais parfois la demande est telle, que les fermes ne répondent plus à la demande. Il est fortement recommandé de consulter les horaires des différents producteurs et d’appeler à la ferme avant de se déplacer.

Un répertoire régional des fermes offrant l’autocueillette est mis à disposition des amateurs sur le site de Créateurs de saveurs Cantons-de-l’Est. Vous pouvez par ailleurs suivre les parfums et disponibilités des produits en temps réel sur la page Facebook des Créateurs de saveurs des Cantons-de-l’Est.

Le gouvernent du Québec a donné son aval à l’autocueillette le 28 mai dernier. Elle est assortie d’une série de mesures d’hygiène et de distanciation. Les cueilleurs ne doivent montrer aucun symptôme lié au COVID-19, respecter les mesures d’hygiène des mains avant et après la cueillette, et une distance de deux mètres.

Avis aux gourmands : aucune dégustation au champ ne sera permise!

Les fermes participantes de la MRC de Memphrémagog

  • Ferme Api (Mansonville)
  • Aux Champs Mère-Terre (Mansonville)
  • Abbaye de Saint-Benoît-du-Lac (Saint-Benoît)
  • Ferme Potagère (Magog),
  • Verger familial (Magog)
  • Bleuetière des Étangs, biologique (Canton de Hatley)
  • Bleuets des Cantons (Canton de Hatley)

 

PLEINS FEUX SUR LES PRODUCTEURS

Aux Champs Mère-Terre (Mansonville)

La saison de l’autocueillette débute le 26 juin Aux Champs Mère-Terre. Diane Ouelette y cultive depuis cinq ans de la camerise et de l’aronia sur trois hectares. Des petits fruits riches en vitamines, fibres et antioxydants. « L’aronia, c’est un des fruits qui a le plus haut taux d’antioxydants, c’est bon pour faire des cures, c’est bon pour le diabète. C’est des fruits qui dépassent le bleuet, la canneberge, mais ce n’est pas connu encore. Dans les années à venir, on va avoir des kiwis et des raisons de table ». Chaque année, la ferme de Diane produit 500 lbs d’aronia et 1 500 lbs de camerise.

Ferme API (Mansonville)

La miellerie de la Ferme API a été construite il y a 9 ans dans la nature des montagnes Vertes. La Ferme API existe depuis 12 ans. Plusieurs miels sont offerts à la ferme.

« Chaque fleur a sa période et les miels aussi. Là on va avoir le miel de printemps. Après la ferme offrira le miel de trèfle et centaurée, le miel de verge d’or et le miel crémeux ». La ferme API produit aussi des bleuets cultivés sans pesticides, ni engrais chimiques. Ils sont offerts en autocueillette depuis trois ans. « Il en sort une tonne, mais ça va toujours en augmentant parce que les plants grossissent. Si on est allés vers bleuets, c’est que c’est plus rapide que des poires, des prunes ou des pommes ». Pourquoi a-t-il choisi l’agriculture? « C’est un sens logique à la vie. C’est une passion. Je fais ce que j’aime. On travaille pour les autres ».

Ferme Potagère (Magog)

Ann-Renée Tisseur, a rencontré son conjoint sur la ferme. Elle est aussi la belle-fille des propriétaires. Depuis 2001, la Ferme Potagère offre bleuets et citrouilles en autocueillette. Dès le mois de juillet, pour les bleuets. Le kiosque est déjà ouvert et propose des légumes et des produits congelés en libre-service. Les clients paient comptant ou par Interac en indiquant ce qu’ils ont pris! « Betteraves, concombres, carottes, poires, pois mange-tout, ravioles, courgettes, courges. On a aussi un petit élevage de porc alors on vend aussi des produits transformés qu’on fait nous-mêmes : bacon, rillettes, pâtés de foie et du poulet aussi. On a des congélateurs, les gens viennent se servir eux-mêmes ils sont très heureux de ce principe-là. S’il continue à faire chaud comme ça, autour de la mi-juillet on aura des bleuets ».

Verger familial et Compagnons (Magog)

En attendant la saison des pommes, Caroline Niquette rénove la boutique. Elle se prépare à étendre son offre de mets préparés. L’ouverture est prévue pour le mois d’août. L’autocueillette des pommes est prévue pour le 20 juillet. Pendant ce temps, les légumes poussent : courges, tomates, concombres, radis, aubergine, laitues, « quand même une belle variété de légumes ». Environ 5 000 personnes fréquentent son verger de 2 700 pommiers chaque année. « Les pommes arrivent à maturité fin juillet-début août et puis il y a notre fabuleuse crème glacée aux pommes, très prisée durant l’été! Le but est d’ouvrir de plus en plus tôt ».

Caroline Niquette, son conjoint et leurs cinq enfants. (verger familial et compagnon)

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires