La fusion Eastman/Stukely-Sud en mode pause

Par Dany Jacques
La fusion Eastman/Stukely-Sud en mode pause
Les maires Yvon Laramée et Patrick Leblond avaient annoncé conjointement une vaste analyse portant sur une possible fusion entre Eastman et Stukely-Sud, le 24 février dernier. (Photo : Le Reflet du Lac/Archives - Dany Jacques)

AFFAIRES MUNICIPALES. Annoncée en grande pompe il y a quatre mois, l’étude de faisabilité sur un regroupement municipal entre Eastman et Stukely-Sud bat déjà de l’aile.

Le conseil municipal de Stukely-Sud a mis ce processus sur le mode pause lors de la séance publique de lundi dernier (8 juin).

Le maire Patrick Leblond est déçu de la tournure des événements. Il ne comprend pas cette décision votée par les échevins, surtout que la période de consultation des citoyens n’est même pas commencée.

«Je crois que certains élus ont changé d’avis, déplore-t-il. On risque de perdre une belle opportunité d’épargner de l’argent en partageant des services. Tout le processus est maintenant compromis.»

Il rappelle que la fusion n’était pas la conclusion ultime. «Les élus et les contribuables passent à côté de quelque chose de très important, car on prévoyait des économies», s’inquiète-t-il.

M. Leblond craint maintenant que le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation du Québec écarte son offre de réaliser cette étude gratuitement.

Quant au maire d’Eastman, Yvon Laramée, on n’avait pu obtenir ses commentaires au moment d’écrire ces lignes.

Partager cet article

1
LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
moira Recent comment authors
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
moira
Invité
moira

Le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation du Québec, ne pourra pas refuser de faire l’étude gratuitement à un moment ultérieur puisque beaucoup d’autres projets ont tous émis en pause dû au circonstances du COVID-19 qui ne permet pas encore de faire des assemblées publics.
La première étape de cette étude était d’abord de présenter publiquement devant les citoyens pour répondre aux questions .
Plutôt évidant , pas droits aux assemblées publics, pas questions de faire des projets en douces sans que les citoyens puisse suivre le processus et être présent.