Rien n’arrête Yvon Bélair… pas même le coronavirus!

Par Pierre-Olivier Girard
Rien n’arrête Yvon Bélair… pas même le coronavirus!
Yvon Bélair se sacrifie pour les autres à un moment où la majorité de la population reste confinée pour éviter de contracter le coronavirus. (Photo : Le Reflet du Lac - Archives)

ENTRAIDE. Même s’il est conscient du danger, Yvon Bélair n’a pas l’intention de rester enfermer entre les quatre murs de sa maison durant la pandémie. Pour lui, l’heure est trop critique pour laisser tomber les personnes démunies qui comptent sur lui et son équipe pour subvenir à leurs besoins.

Pour quelqu’un qui a investi des milliers d’heures dans sa vie à aider les autres, difficile de rester les bras croisés face à la crise actuelle. Comme le suggère le gouvernement, il a demandé à ses bénévoles plus âgés de se retirer temporairement en raison des risques pour leur santé, à une seule exception près.

«Le capitaine ne peut débarquer de son bateau du jour au lendemain, image l’homme de 72 ans. Il en faut un aux commandes et c’est ma responsabilité. On ne peut pas laisser tomber tout ce qu’on a bâti depuis si longtemps. Surtout que c’est à ce moment que les gens ont plus besoin de nous.»

Aider son prochain

Au cours des dernières semaines, plusieurs nouveaux se sont ajoutés aux visages réguliers du Centre d’aide Le Cœur sur la main, chapeauté par les Chevaliers de Colomb de Magog. L’organisme offre notamment un service de dépannage en nourriture similaire aux banques alimentaires.

Des denrées qui sont offertes par des donateurs privés. «Ces démunis n’ont pas d’autre ressource que nous. On est responsable de les aider à tenir le coup, affirme sans hésiter le bénévole. Lorsqu’on vit des situations de détresse, c’est plus facile de voir la lumière au bout du tunnel avec le ventre plein.»

Dans les faits, Yvon Bélair se sacrifie pour les autres à un moment où la majorité de la population reste confinée pour éviter de contracter le coronavirus.

Mais le principal intéressé ne voit pas cela comme un geste héroïque, mais simplement comme la chose à faire. «Aider son prochain, c’est quelque chose qui remonte à loin dans ma famille. Quand j’étais jeune, tous les samedis, mon père achetait les restants de légumes à l’épicerie et on allait les donner aux plus démunis. Toutes ces valeurs d’entraide et de partage, ça restera toujours ancré en moi. Et je continuerai d’aider mon  prochain tant aussi longtemps que je pourrai le faire», conclut celui qui est président des Chevaliers de Colomb de Magog depuis environ 20 ans.

En manque de nourriture?

Toute personne qui a besoin d’un dépannage alimentaire est invitée à se rendre à l’entrepôt du Cœur sur la main (99, rue Sloan, à Magog), qui est ouvert les lundi, mercredi et vendredi, de 10 h à 13 h. Une carte d’identité est obligatoire.

Partager cet article

6
LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
5 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
5 Comment authors
Claude BedardCarole RoyJohanne LemieuxMarianne Guilmetteandré longpré Recent comment authors
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Marianne Guilmette
Invité
Marianne Guilmette

Attention, nous ne pouvons pas ignorer les consignes de sécurité sanitaire au nom de l’entraide et de l’action vertueuse et charitable. Qu’est-ce que les Chevaliers de Colomb et les installations du coeur sur la main mettent en place pour assurer une chaîne de distribution qui ne contribuera pas à la contamination communautaire? Les commerces ouverts et les organismes comme la Banque alimentaire et la popotte roulante ont mis en place des protocoles de non-contamination. Les autres ressources sociales offrent des services de soutien psychologique par téléphone. Les travailleurs de rue et les gens exposés sont isolés de leur famille. Ce… Read more »

andré longpré
Invité
andré longpré

belair 70 ans et plus envoyer a la maison et relax ca va etre mieux pour tout le monde

Marianne Guilmette
Invité
Marianne Guilmette

Au-delà de la consigne concernant les personnes de 70 ans et +, qui sont plus à risque, je crois qu’il faut se méfier de la facilité du virus à se transmettre un à l’autre à travers les processus d’échange. Les personnes de tous les âges peuvent certainement trouver des façons adaptées à la situation pour continuer à promouvoir l’entraide.

Johanne Lemieux
Invité
Johanne Lemieux

🎩 Tu est un grand Monsieur Yvon
Mes plus sincères félicitations .
Prend bien soin de toi aussi ♥️

Carole Roy
Invité
Carole Roy

A 70 ans il faut se confiner , encore plus à 72 ans.
S’il fallait se dire la même chose. On est tous utiles…Alors il faut déléguer à des plus jeunes….Justement votre organisation doit donner l’exemple…

Claude Bedard
Invité
Claude Bedard

Ne lâche pas Yvon tu est le meilleur