Tribune libre: souvenirs de conseillers sur la «petite maison blanche»

Par Dany Jacques
Tribune libre: souvenirs de conseillers sur la «petite maison blanche»

Nous avons vécu la controverse entourant «la petite maison blanche» de Cherry River comme tout le monde. Nous avons aussi été élus, tous les deux, à plusieurs conseils municipaux passés à Orford dont le dernier était avec le maire Jean-Pierre Adam.

Nous nous souvenons d’avoir longuement discuté lors des réunions de ce conseil, d’un centre communautaire et de la petite maison, pour ensuite avoir commandé une étude sur l’état de la maison au 2304 du Parc. Le document produit qui nous a été soumis y trouvait certainement des failles, mais le bâtiment était jugé susceptible d’être amélioré et d’être réutilisé dans le contexte d’un centre communautaire sur les lieux. Le conseil a jugé alors, à majorité, de poursuivre le projet.

Fort de cette décision de sauvegarder l’ancienne structure, le conseil Adam a ensuite commandé à une firme d’architectes une esquisse d’un bâtiment neuf à construire à proximité de la petite maison. Un lien vitré était proposé pour rejoindre les deux bâtiments, l’ancien et le nouveau. Par la suite, le conseil a fait construire la base de ce futur pavillon nouveau au prix de 390 000 $ et qui fut inauguré en novembre 2016. (1)

Fin 2017, élections d’un (tout) nouveau conseil municipal à Orford et surprise! La nouvelle équipe déclare que le rapport soumis à l’ancien conseil suggérait la démolition, que le conseil lui-même était d’accord pour démolir la maison ancienne, ce qui est tout à fait faux. De plus, le conseil actuel ne fait aucune mention du plan d’architecte commandé et payé par les contribuables ni de la base déjà construite et actuellement  fonctionnelle. Plus étonnant encore, le conseil ne prévoit pas situer le futur centre communautaire tout à fait sur la base déjà en place! Quant à être des petits nouveaux, refaisons le monde et allons-y gaiement!

Devant cette situation, nous demandons donc au conseil municipal actuel de ne pas tourner le dos au travail déjà entrepris par le conseil précédent et de s’harmoniser avec les rapports soumis et les travaux déjà réalisés. Et, surtout, de ne pas faire disparaître la petite maison ancestrale de Cherry River, au centre de tant d’activités municipales attachantes depuis des années.

Pour conclure, une attitude plus transparente, plus écologique et plus économique serait grandement appréciée dans cette affaire de la part du conseil de Marie Boivin.

(1) https://www.lerefletdulac.com/2016/11/22/batiment-de-services-de-390-000-au-canton-dorford/

Réjean Beaudette

Marc Bigué

Canton d’Orford

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des