Sarah-Maude Lavoie déjà à l’aise dans la Métropole

Par Patrick Trudeau
Sarah-Maude Lavoie déjà à l’aise dans la Métropole
Dans le cadre de son cheminement professionnel, Sarah-Maude Lavoie a participé à un premier shooting photo à Montréal. (Photo : gracieuseté - Sébastien Sauvage)

TÉLÉVISION. Sarah-Maude Lavoie ignore si elle pourra réaliser toutes ses ambitions professionnelles. Mais elle sait cependant que si elle veut percer dans le milieu de la mode (comme mannequin ou entrepreneure), elle augmentera ses chances de réussite en vivant à Montréal.

Depuis quelques mois, la Magogoise de 22 ans partage un loyer avec quatre colocataires, en plein cœur de la Métropole, pour le tournage de la série réalité «L’appartement».

Disponible sur le Club illico depuis le 16 janvier, cette émission nous montre le cheminement professionnel et personnel de cinq jeunes adultes issus de différentes régions, qui doivent apprendre à cohabiter «dans la grande ville».

Dès les premiers épisodes, Sarah-Maude a droit à son premier «shooting photo», découvre les méandres du métro et apprend à se familiariser avec la conduite automobile dans les rues de Montréal – où elle excelle, selon son coloc Pierre-Alexandre.

Elle nous fait même découvrir «son arme secrète» en cas d’urgence, une petite bonbonne de poivre de cayenne. «Ma mère était un peu inquiète de me voir partir à Montréal, alors elle m’a remis ça», montre-t-elle en riant.

Dix épisodes à tourner

Étudiante en commercialisation de la mode au Séminaire de Sherbrooke, la participante magogoise a dû reporter sa dernière session collégiale afin de prendre part au projet télévisuel. «Les journées de tournage peuvent s’étendre du matin au soir. Ç’aurait été vraiment difficile de poursuivre mes études en même temps», a-t-elle constaté.

Les cinq colocataires de «L’appartement», dont la Magogoise Sarah-Maude Lavoie et le Granbyen Loïc de la Chevrotière (à l’arrière-plan), sont vite devenus des amis. (Photo capture d’écran – Club illico)

Les 10 premiers épisodes ont été tournés entre juillet et décembre 2019, alors que 10 autres seront produits entre janvier et juin 2020, afin de compléter le cycle d’une année.

À compter du 1er juillet, chacun devra voler de ses propres ailes.

«On vit vraiment une belle expérience. Mes colocs sont devenus mes amis et je crois vraiment que je vais demeurer à Montréal une fois l’aventure terminée», avance la jeune femme.

«J’ai découvert des facettes de moi, des forces, que j’ignorais. L’inconnu me fait tripper. J’apprends aussi à connaître le milieu de la télévision et c’est un domaine qui pourrait m’attirer, d’autant plus qu’il est connexe à celui de la mode», a fait valoir Sarah-Maude Lavoie.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des