Ancien garage municipal de Magog: de terrain vague à futur îlot de fraîcheur?

Par Pierre-Olivier Girard
Ancien garage municipal de Magog: de terrain vague à futur îlot de fraîcheur?
Josiane K. Pouliot (Photo : Le Reflet du Lac - Pierre-Olivier Girard)

PROJET. Alors que des travaux sont en cours pour décontaminer le terrain municipal de la rue Saint-Luc, la Ville de Magog planche déjà sur une transformation majeure de ce site pour que les résidents puissent se le réapproprier.

Ce n’est pas la première fois que l’idée est soulevée, mais il semble que le projet est à un stade plus concret que jamais. En plus de la décontamination, la Ville a officiellement fait une demande de subvention au gouvernement du Québec. Son souhait est de se faire financer les deux tiers de ces travaux d’embellissement, dont les coûts totaux s’approchent des 900 000 $.

«Pendant plusieurs années, les citoyens n’avaient pas accès à ce terrain de plus de 32 000 mètres carrés (NDRL: incluant les bâtiments). Avec le départ du garage municipal et de l’écocentre, on veut leur redonner l’accès en transformant cet îlot de chaleur en îlot de fraîcheur», explique la coordonnatrice de la division Environnement à la Ville de Magog, Josiane K. Pouliot.

Concrètement, la Municipalité prévoit recouvrir au moins 30% de la superficie ciblée par des arbres matures (hauteur minimale de cinq mètres). De plus, on envisage d’y greffer des projets sociaux, comme des jardins communautaires, ou du mobilier urbain adapté aux personnes âgées.

«Les travaux de décontamination sont loin d’être terminés, poursuit la gestionnaire. D’ici la fin, on aimerait lancer une démarche de concertation avec les résidents et organismes du secteur pour avoir des idées. C’est un projet pour et par les citoyens, alors il est tout à faire normal de les consulter.»

En ce sens, Mme Pouliot soutient qu’il est encore trop tôt pour avancer un quelconque scénario de transformation. «Ce sont les citoyens qui décideront. Chose certaine, c’est un super de beau projet pour la Ville et la communauté», conclut-elle.

Rappelons que les travaux de décontamination devraient s’échelonner sur trois années. La tâche consiste à retirer les produits dangereux qui ont pénétré dans le sol au fil des années, principalement des hydrocarbures.

Partager cet article

2
LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
1 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
Daniel FaucherSylvie Miron Recent comment authors
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Sylvie Miron
Invité
Sylvie Miron

Ça c’est intelligent. Bravo à cette ville.

Daniel Faucher
Invité
Daniel Faucher

Ce qui serait intelligent, ce serait de NE PAS COUPER 16 000 mètres carrés du boisé de La Ruche pour y construire un aréna à deux glaces et, plutôt, de construire une deuxième glace à côté de l’aréna actuel – ce qui ne nécessiterait aucun abattage d’arbres et serait beaucoup plus économique et écologique.