À Coaticook, les trains ne sifflent presque jamais, tandis qu’à Magog, on estime à 1 M$ le prix pour les faire taire

Par Pierre-Olivier Girard
À Coaticook, les trains ne sifflent presque jamais, tandis qu’à Magog, on estime à 1 M$ le prix pour les faire taire
En vertu d'une entente entre Coaticook et Transports Canada, les trains rangent leur sifflet lorsqu'ils circulent en milieu urbain. (Photo : Photo Le Reflet du Lac – Archive/Dany Jacques)

TRANSPORTS. Alors que la Ville de Magog estimait à un million $ l’investissement nécessaire pour faire taire le sifflement des trains en milieu urbain en mai dernier (voir autre texte), une municipalité non loin d’ici y est arrivée à un bien meilleur prix.

Depuis le début des années 2000, les convois qui traversent le territoire de Coaticook le font dans la plus grande discrétion. Les citoyens, qui demeurent non loin de la voie ferrée, n’ont que très rarement entendu les sifflements provenant de la locomotive.

Comme l’explique la greffière Geneviève Dupras, la Ville de Coaticook a signé une entente avec Transports Canada interdisant aux trains de siffler en zone urbaine. Un accord qui découle, selon elle, de l’article 23.1 de la Loi sur la sécurité ferroviaire.

«Je n’ai pas les détails de l’entente survenue probablement en 2002, mais celle-ci est encore en vigueur à ce jour et fonctionne très bien. Je travaille ici depuis une quinzaine d’années et le train, on ne l’entend pas. Il arrive parfois qu’il siffle, mais c’est vraiment rare», raconte la Coaticookoise.
Pour y arriver à l’époque, la Municipalité a dû apporter quelques correctifs à ses deux passages à niveau situés en pleine ville, soit sur les rues Court et Bourgeois. Ces traverses sont équipées de feux clignotants, de barrières et d’une cloche, qui s’activent à l’arrivée du véhicule ferroviaire. «Quand un train s’approche d’un passage à niveau, c’est impossible de ne pas le remarquer. C’est sans doute ce qui explique qu’aucun accident impliquant un train n’est survenu depuis les années 1970», note la greffière.

Ainsi, les Magogois qui se plaignent du bruit des trains ont maintenant une solution pour remédier à leur calvaire. «S’ils veulent déménager à Coaticook, nous les accueillerons avec plaisir!», conclut à la blague Geneviève Dupras.

Partager cet article

4
LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
3 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
4 Comment authors
JD ThiviergeRejean lamerLucie devostDaniel Leblanc Recent comment authors
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Daniel Leblanc
Invité
Daniel Leblanc

Que la ville de Magog bouge et s’en occupe on le demande depuis 1999.
Sa semble si simple! C’est petite chose qui change et satisfait les résident de la ville et coûte rien.
Les gens veulent une qualité de vie pourtant beaucoup de petite chose améliorait la ville et demande juste de s’en occuper.

Merci Daniel

Lucie devost
Invité
Lucie devost

Oui je suis une des investigateurs avec m Leo Arsenault avec quelques residents pour faire arrêter le train de sifler qui en etait un calvaire de faire subir ce bruit .

Rejean lamer
Invité
Rejean lamer

Ça m’intéresse j’aimerais être au courant de s développement merci

JD Thivierge
Invité
JD Thivierge

Il passe 1 à 2 convois de trains à Coaticook par jour au maximum. Pas mal différent de la réalité de Magog, de plus même si l’intersection de la rue Principale est sécurisé avec signal sonore, lumineux et barrière. Il y a eu un mort il y a pas si longtemps, alors imaginé si le train ne siffle pas ? Qui serait blâmé ? Le train fait parti du quotidien à Magog depuis plus de 125 ans, combien de maison sur la rue Principale sont construite pratiquement adossés à la voie ferrée. Est-ce que ces gens s’en plaignent ? Donc,… Read more »