Sécurité ferroviaire Estrie-Montégérie: «on s’en va vers des jours meilleurs»

Par Pierre-Olivier Girard
Sécurité ferroviaire Estrie-Montégérie: «on s’en va vers des jours meilleurs»
Le président de l'Alliance du corridor ferroviaire Estrie Montégérie et maire de Bromont, Louis Villeneuve, a rencontré les journalistes aux côtés notamment du maire de Sherbrooke, Steve Lussier. (Photo : Le Reflet du Lac - Pierre-Olivier Girard)

TRAINS. L’Alliance du corridor ferroviaire Estrie Montégérie (ACFEM) accueille avec beaucoup d’optimisme l’acquisition de Central Maine & Quebec Railway (CMQR) par le Canadien Pacifique.

Réunis à Magog au lendemain de l’annonce, le 21 novembre dernier, les maires des municipalités situées le long du corridor ferroviaire, allant de Lac-Mégantic jusqu’à Saint-Hyacinthe, se sont dits enthousiastes à l’égard de ce nouveau départ, eux qui se battent depuis des mois pour sécuriser le chemin de fer.

«Avec l’acquisition, je pense et j’espère qu’on s’en va vers des jours meilleurs, a fait savoir le président de l’ACFEM et maire de Bromont, Louis Villeneuve. On a une compagnie sérieuse, qui a beaucoup plus de moyens que CMQR. Leur expertise, c’est le transport ferroviaire. CMQR était détenu par une compagnie de placements. On est ailleurs.»

Visiblement, les élus ont opté pour la méthode douce pour entreprendre ce nouveau chapitre. Pour eux, il n’était pas question lors de ce point de presse d’y aller avec des déclarations choc ou de mettre quelconque pression sur les nouveaux proprios. «Ce matin, on est au jour 1 d’une nouvelle relation. Donc, laissons la chance au coureur et prenons le temps de s’asseoir tout le monde ensemble. Si on n’est pas satisfait, on ne sera pas gêné de le dire», a répété M. Villeneuve, en réponse aux questions plus délicates dans ce dossier.

«Chose certaine, avec ce qui est arrivé à Bolton-Ouest, le message a été clair et compris, même au gouvernement fédéral, poursuit-il. Quand ce train a dérapé, ça aurait pu être beaucoup plus grave.»

Le président a confirmé que des démarches seront entreprises sous peu pour obtenir une rencontre avec les dirigeants du Canadien Pacifique. L’Alliance compte présenter son projet évalué à environ 300 millions de dollars. «Ça inclut la réfection des rails, le train de passagers, les zones de transbordement et des gares de triage. Chacune des municipalités sur le tronçon a nommé des défis en terme de sécurité et d’aménagement pour accentuer le développement économique et le transport de personnes, et c’est là qu’on s’en va», conclut le politicien.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des