Paul Asmuth présentera officiellement son livre à Magog le 5 novembre

Par Patrick Trudeau
Paul Asmuth présentera officiellement son livre à Magog le 5 novembre
Paul Asmuth a remporté six victoires à Magog, dont quatre de façon consécutive entre 1980 et 1983. (Photo : gracieuseté - Archives)

LANCEMENT. L’ancien roi du lac Memphrémagog, Paul Asmuth, sera de retour à Magog le 5 novembre prochain pour y présenter officiellement la version française de son autobiographie portant sur sa prolifique carrière de nageur en eau libre.

Les Magogois sont invités à une séance de signature exclusive entre 16 h et 18 h, à la Bibliothèque Memphrémagog.

Il sera aussi possible de se procurer sur place (15 $) cet ouvrage intitulé «La nage en eau libre: sport de l’âme». Le livre sera ensuite disponible à la Biblairie GGC au coût de 19,99 $.

Ce retour en sol magogois revêt un caractère particulier pour Paul Asmuth, d’autant plus que c’est une photo du lac Memphrémagog, avec l’Abbaye de Saint-Benoit-du-Lac en arrière-plan, qui illustre la page couverture de son livre.

Lors d’un passage éclair en Estrie en juillet dernier, l’ex-nageur américain avait d’ailleurs confié que la spiritualité faisait partie intégrante de son cheminement sportif et qu’il avait développé un profond attachement pour le célèbre monastère.

«Je savais que les moines priaient pour nous afin qu’on soit en sécurité sur l’eau et c’était très important pour moi. Lorsque j’arrivais à la hauteur de l’Abbaye, j’accélérais la cadence jusqu’à l’arrivée», avait-il raconté.

Paul Asmuth a fait traduire son livre en version française afin de remercier les Québécois pour leur support tout au long de sa carrière. (Photo gracieuseté)

Identifié comme un espoir de médaille au 1500 mètres, Paul Asmuth avait dû mettre une croix sur son rêve olympique lors du boycott des États-Unis face aux Jeux de Moscou, en 1980.

Converti à la nage en eau libre un peu par défaut, il a remporté la première de ses six victoires à Magog cette année-là, triomphant également au Lac Saint-Jean. «La longévité de ma carrière et mon succès ont été directement liés à cet attachement que les Québécois m’ont toujours démontré. Leur raconter mon histoire dans leur langue est pour moi une façon de leur dire merci et de leur redonner un peu de cet amour», a indiqué le sympathique athlète, qui espère partager de nombreux souvenirs avec les Magogois le 5 novembre prochain.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des