De la Fonderie Magog à Magotteaux : 80 ans d’histoire (suite)

Par le reflet du lac
De la Fonderie Magog à Magotteaux : 80 ans d’histoire (suite)
En poursuivant les activités de la Fonderie Magog, Magotteaux est l'usine de Magog qui a la plus grande longévité, soit 80 ans. (Photo : gracieuseté Société d’histoire de Magog)

En 1979, une nouvelle vie débutait pour la Fonderie Magog. Ses activités avaient été interrompues en décembre 1978 et ses dirigeants auraient préféré qu’elle soit acquise par une société québécoise. Cependant, en avril 1979 une offre déposée par une compagnie américaine, l’American Magotteaux de Nashville, Tennessee, était approuvée par l’agence de tamisage des investissements étrangers.

La «Magotteaux», fondée par Lucien Magotteaux en 1918, ayant son siège social en Belgique et des succursales à travers le monde, était un leader mondial de solutions de différenciation contre l’usure. Spécialisée dans la réduction de taille des matériaux, elle employait alors plus de 3200 personnes.

Au début d’août 1979, une subvention gouvernementale de 1 215 000 $ est accordée à Magotteaux Canada pour la reprise des activités de la Fonderie Magog, incluant un agrandissement ainsi que l’entretien des bâtiments et de la machinerie. Rolf Nütten, directeur général, annonce que les opérations recommenceraient dès le 27 août avec une trentaine de travailleurs. La compagnie s’engage à employer quelque 120 personnes dans les prochains 12 mois.

À la fonte grise de la Fonderie Magog s’ajouteront la fonte d’acier ainsi que des alliages spéciaux à haute teneur en chrome. En 1985, la société employait 155 personnes s’adonnant à la fabrication de pièces en fonte ductile et en fonte grise, ainsi que des boulets de broyage. Le produit principal de l’usine de Magog consistera finalement en des boulets de broyage destinés aux cimenteries et au secteur minier. Ces boulets sont nécessaires pour séparer la roche du minerai. Sa production était vendue à des manufacturiers de produits miniers, à des municipalités du Québec et de l’Ontario, ainsi qu’à des entreprises industrielles, au Canada et aux États-Unis.

En juin 1985, la Fonderie Magotteaux Canada de Magog annonçait un investissement de 1 172 000 $ dans la construction d’un bâtiment et l’achat de machinerie moderne. Cette expansion permettrait de créer 14 nouveaux emplois et d’augmenter sa production.

En 1993, la Société de développement économique Memphrémagog (SODEM) honore Magotteaux pour sa performance au chapitre de la recherche et du développement ainsi qu’au niveau de la formation. Elle a alors 200 employés. Elle a survécu à toutes les tempêtes qui ont secoué notre économie, dont la crise de 1998 suscitée par la production asiatique de matières premières, dont l’acier. Elle a aussi survécu à la crise de 2008. En poursuivant les activités de la Fonderie Magog, Magotteaux est l’usine de Magog qui a la plus grande longévité, soit 80 ans.

En 2011, Magotteaux est achetée par Sigdo Koppers, une multinationale chilienne qui veut assurer sa complémentarité et s’implanter en sol canadien. Magotteaux possède 19 unités de fabrication à travers le monde. Celle de Magog emploie actuellement 140 travailleurs sans affiliation syndicale et produit annuellement 55 000 tonnes de boulets de broyage de différentes dimensions (13 à 75 mm). Son chiffre d’affaires annuel est de 70 000 000 $ et cette compagnie joue un rôle important dans notre économie locale. En 2019, Magotteaux se distingue aussi sur un autre plan : c’est une de nos rares usines situées à l’extérieur du parc industriel.

 

 

Maurice Langlois

Serge Gaudreau

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des