Tribune libre: report du dossier de l’aréna à La Ruche, une bonne nouvelle

Par le reflet du lac
Tribune libre: report du dossier de l’aréna à La Ruche, une bonne nouvelle
(Photo : gracieuseté - Archives/Marc Viens)

On apprenait récemment que la décision sur le dossier de l’aréna à deux glaces à La Ruche était de nouveau reportée. C’est une bonne nouvelle à tous points de vue. Voici pourquoi.

1) Les autorités municipales n’ont jamais étudié sérieusement la possibilité de rénover ou d’agrandir l’aréna actuel de la rue St-Alphonse. Cela a été clairement dit dans une réponse reçue à la suite d’une demande d’accès à l’information adressée : «À la suite de nos vérifications, la Ville de Magog ne détient aucune étude concernant les avantages ou les inconvénients pour le choix du site de La Ruche ou de tout autre site pour le projet des deux glaces».

2) Dans un communiqué de presse émis par la Ville de Magog le 20 mars 2017, on cite la mairesse Hamm : «Selon nos estimations, ça ne coûterait pas plus cher de construire un nouveau bâtiment comprenant deux glaces que de rénover l’aréna actuel». À la demande d’obtenir les «estimations» dont parlait madame Hamm en référence à l’aréna actuel, il a été répondu qu’aucune étude à ce sujet n’avait été trouvée. Et cependant le projet à La Ruche est rendu à 25 M$.

3) À la demande : «le nombre d’arbres qui devraient être abattus pour le projet à La Ruche a-t-il été calculé? », Jean-Guy Gingras, président de l’organisme à but non lucratif créé pour ce projet d’aréna a répondu en mars 2019 : «Il est faux d’affirmer qu’on saccagera une forêt urbaine. On ne coupera que 1,6 hectare de la forêt (16 000 mètres carrés), ce qui représente entre 8% et 10% de la superficie totale du boisé actuel». C’est une réponse plutôt bizarre quand on sait que le terrain qui serait acquis de la Commission scolaire des Sommets pour le projet serait d’une superficie de 44 380 mètres carrés. Pourquoi un si grand terrain boisé devrait-il être acquis si, pour le bâtiment, les accès, la tranchée drainante au bas de la pente, etc. on n’en déboisera qu’un peu plus du tiers?

4) Après l’annonce du partenariat de la Ville avec la Commission scolaire, en grande pompe, au mois de juin 2017, il a été demandé à ces deux partenaires une copie de leur Politique de développement durable. Les deux partenaires ont répondu qu’ils n’avaient pas une telle Politique de développement durable. Comment alors croire que, pour ces défenseurs du projet d’aréna à deux glaces, le boisé de La Ruche soit autre chose qu’une simple addition d’arbres alors que ce boisé constitue un élément majeur du bassin versant du ruisseau Rouge? Les gens ont-ils déjà oublié les inondations de septembre 2013?

Ce qui me surprend et me déçoit, c’est qu’aucun membre du Conseil municipal (passé et présent), aucun commissaire d’école, aucun professeur de La Ruche, aucun membre du Conseil étudiant de l’école, aucun membre du Comité Jeunesse mis en place par la Ville, aucun résident du secteur, n’a pris la parole pour dénoncer ce projet à cet endroit. La bonne nouvelle, c’est qu’avec le report du projet, à cause des subventions qui ne sont pas disponibles actuellement, il est encore temps de réagir.

 

Daniel Faucher

Eastman

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des