91 ans et toujours à la barre sur le lac Memphrémagog

Par Dany Jacques
91 ans et toujours à la barre sur le lac Memphrémagog
Âgé de 91 ans, Pierre Voyer est encore très allumé pour prendre la barre et le large du lac Memphrémagog. (Photo : Le Reflet du Lac - Dany Jacques)

PORTRAIT. Pierre Voyer est un phénomène de la vie. L’âge lui fait peut-être perdre des capacités visuelles et auditives, mais il demeure en assez bonne santé pour nourrir sa passion des voiliers, même à 91 ans.

En plus de son anniversaire de naissance le 25 juillet, 2019 marque une année symbolique pour lui avec ses 45 ans de passion pour la voile et les 40 ans de fondation de la Marina Yatch Club. Il est l’homme derrière cet emplacement réservé uniquement aux embarcations sans moteur à Austin.

Encore très vif d’esprit, il se rappelle comme si c’était hier la découverte du lac Memphrémagog, du haut de ses 8 ans. «À l’époque, c’est mon père, le docteur Armand Voyer, qui a fait construire un chalet près du lac en 1936. J’ai découvert la pêche avec une chaloupe de 15 $, à une époque où il n’y avait presque personne sur le lac», rigole-t-il.

 

Presque un demi-siècle de voile

M. Voyer développe un attachement pour le lac Memphrémagog pendant de longues années, avant de découvrir la voile à l’âge de 45 ans. Il était alors probablement dans les premiers à sillonner le lac à bord d’un voilier. «Le lac était très calme à l’époque. Nous n’étions très peu nombreux, comparativement à aujourd’hui. Le grand nombre d’embarcations diverses a révolutionné le nautisme», s’attriste-t-il.

Le nonagénaire possède une impressionnante feuille de route en compétition de voile avec quelque 25 victoires obtenues lors de nombreuses courses, incluant le désormais classique Magog-Newport-Magog.

Aujourd’hui, ses trophées trônent toujours fièrement sur ses tablettes de son chalet aménagés sur les rives du Memphrémagog. Il en profite encore pour sortir occasionnellement sur «son» lac pour profiter d’un brin de liberté.

 

Connaître le lac comme le fond de sa poche

Il prend la barre même si ses yeux l’empêchent de conduire sa voiture. «Rien de dangereux, aux dires de son entourage, car il joue le rôle de capitaine en distribuant les ordres». Il connaît tellement le lac, son bateau, ses voiles et les vents qu’il conduit aux feelings», témoigne son fils Michel. Nous sommes présents pour l’aider et pour le guider face aux autres embarcations.»

Monique Giroux adore son beau-père. Elle souligne son enthousiasme, sa joie de vivre et sa taquinerie. «Cet homme inspirant est très allumé», insiste-t-elle.

Pour le principal concerné, il se considère tout simplement heureux encore aujourd’hui, et ce, après avoir profité de tous ces élans de liberté sur les lacs Memphrémagog et Champlain, mais aussi lors de quelques périples sur les mers du Sud.

 

Une carrière en affaires

Pierre Voyer est un homme d’affaires aguerri depuis le début des années 1950. Il ouvre le magasin Chaussures Vogue au centre-ville de Magog en 1952. Sa femme Gisèle Desautels y a tenu le fort pendant au moins 35 ans avant de se retirer en 2013. Leur fils Michel y a travaillé et pris la relève pour une quarantaine d’années au total.

Voyer a également construit de ses propres mains et vendu des abris à bateau, des chalets et des maisons pendant sa carrière.

Et c’est en 1980 qu’il met sur pied la Marina du Yatch Club, telle qu’on la connaît aujourd’hui.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des