Les fermières devront quitter leur local rapidement

Par Patrick Trudeau
Les fermières devront quitter leur local rapidement
Le Cercle de fermières de Magog compte quelque 160 membres s'adonnant aux techniques artisanales, dont la doyenne Cécile D'Arcy, affiliée à l'organisme depuis plus de 75 ans. (Photo : Le Reflet du Lac - Archives)

MAGOG. Le Cercle de fermières (CFQ) de Magog se retrouvera bientôt «sans abri» à la suite du déménagement temporaire des élèves de Pie-X dans l’ancienne école La Relance (voir autre texte).

Confortablement installé depuis 20 ans dans de spacieux locaux à La Relance, le CFQ magogois a appris il y a quelques jours qu’il devrait avoir plié bagage au plus tard le 23 août.

Bien qu’ils comprennent l’urgence d’agir en raison de la rentrée scolaire qui approche, les membres des fermières avouent avoir été prises de court par cette annonce inattendue. «Nous devrons déménager sept métiers à tisser et plusieurs boîtes de matériel, sans savoir si nous allons nous retrouver un local. La Commission scolaire (des Sommets) nous offre de défrayer les coûts d’entreposage pendant quelques mois, afin de nous aider. Par contre, nous aimerions bien trouver un nouvel endroit d’ici le 23 août, afin d’éviter de gérer deux déménagements», laisse entendre la responsable des communications du CFQ Magog, Danielle Brasseur.

Comptant quelque 160 membres, l’organisme magogois est le plus important du genre en Estrie, selon Mme Brasseur. En outre, la CSS lui fournissait les locaux tout à fait gratuitement. «Nous avons été tellement chanceuses de pouvoir profiter d’un tel lieu aussi longtemps, sans défrayer de loyer. On espère donc trouver un nouveau local à peu de frais, et qui est situé sur le territoire de Magog. La proximité est importante, car plusieurs de nos membres se déplacent à pied», ajoute la dirigeante du CFQ.

Toujours selon Danielle Brasseur, il sera impossible de revenir dans les locaux de La Relance dans quelques mois, puisque la CSS aurait, semble-t-il, de nouveaux projets pour l’endroit. «On ignore aussi ce qu’il adviendra du Cirque des étoiles et du projet «Adopte un vélo», qui étaient aussi abrités dans le même bâtiment», se questionne-t-elle.

Organisme s’adressant aux femmes qui veulent pratiquer des techniques artisanales telles que le tricot, le tissage, la broderie ou la couture, le Cercle de fermières s’implique aussi dans différentes causes communautaires telles que les Paniers de Noël et la Fondation OLO.

La branche magogoise organise également un important salon de l’artisanat depuis plus de 25 ans. Celui-ci aura tout de même lieu en octobre prochain, à l’école secondaire de La Ruche.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des