Magog: un parfum pour sentir la beauté invisible de la Joconde

Par Dany Jacques
Magog: un parfum pour sentir la beauté invisible de la Joconde
Ce tête à tête intime avec Mona Lisa, devant sa maison de Florence en Italie, a particulièrement inspiré Alexandra Bachand. (Photo : gracieuseté – Eric Delbaere)

CRÉATION La parfumeure magogoise, Alexandra Bachand, s’est lancée le défi de sentir la beauté invisible de la Joconde, en créant un nouveau parfum.

Cette artiste s’est rendue en Italie pour extraire des matières premières rares et uniques du terroir italien. La copropriétaire de la Grange du parfumeur a aussi visité la maison natale du créateur derrière la Joconde, en l’occurrence Léonard de Vinci, afin de ressentir des fragments du passé associés à ce grand génie.

En quête de l’essence de Lisa Gherardini, la femme derrière le célèbre portrait, Mme Bachand a foulé son quartier de Florence, là où elle habitait à quelques pas de la résidence du père de Léonard. «Je voulais présenter un volet différent de Mona Lisa, indique Mme Bachand. Montrer la femme derrière le tableau.»

Le résultat est le parfum SFUMATO, qui fait écho à «l’intemporelle grâce énigmatique qui se dégage du portrait de Mona Lisa», ajoute l’artiste.

Comme sa propre démarche ayant mené à ce résultat, Alexandra Bachand veut faire plonger les gens à l’époque où vivaient Lisa Gherardini et Léonard de Vinci. «Juste de penser à ce qu’elle pouvait porter comme parfum au moment où la toile a été peinte, c’est magique», partage-t-elle.

On peut aussi humer ce parfum à l’installation d’art olfactif «SFUMATO INVISIBILE», qui est érigée à l’Académie Orford Musique jusqu’au 17 août. Les visiteurs peuvent la découvrir les soirs de spectacles ou sur demande via la billetterie. Quelques flacons numérotés et en quantité limitée sont encore disponibles au grand public.

«L’installation propose de ressentir l’aura de Mona Lisa, captée à l’atelier du maître au 16e siècle, de façon symbolique et poétique», explique Mme Bachand.

Le Festival Orford Musique commémore d’ailleurs les 500 ans du décès de Léonard de Vinci à l’intérieur de sa programmation musicale.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des