Michel Bureau en mission pendant 155 km

Par Patrick Trudeau
Michel Bureau en mission pendant 155 km
Comme tous les marcheurs du Circuit de l'Abbaye, Michel Bureau a entamé son périple de 155 km devant le célèbre édifice de Saint-Benoit-du-Lac, mardi dernier. (Photo : Le Reflet du Lac - Patrick Trudeau)

CANCER. En raison des nombreux ennuis de santé qui l’ont frappé au cours des dernières années, Michel Bureau aurait eu toutes les raisons de rester au tapis. Pourtant, le Magogois est toujours revenu sur ses deux jambes, et il vient même d’entamer (le 4 juin) le Circuit de l’Abbaye, un parcours de 155 km qu’il a baptisé «La Marche pour la vie».

Non seulement cette randonnée pédestre lui permettra-t-elle de se ressourcer intérieurement, mais elle devrait aussi contribuer à attirer les réflecteurs sur ceux qui combattent le cancer.

Car Michel Bureau est, bien malgré lui, un fier représentant des gens aux prises avec cette maladie. «J’ai réussi à guérir de la leucémie, mais je me retrouve depuis près de deux ans avec un cancer de la langue. J’ai vécu beaucoup d’épreuves depuis quelques années. Mais, si je suis toujours là, c’est peut-être parce j’ai encore une mission à accomplir sur cette terre», propose-t-il sur un ton philosophique.

Voilà pourquoi il compte terminer sa marche de façon symbolique le 14 juin, lors du Relais pour la vie de Magog. «Mon objectif est d’amasser 10 $ pour chaque kilomètre parcouru. Je tiens à redonner un peu d’argent pour la cause du cancer, car je sais très bien tout ce que ça coûte lorsqu’on a besoin de soins supplémentaires», ajoute le Magogois, qui avait également été réanimé in extremis à la suite d’un infarctus en 2013.

«On peut dire que j’étais mort, mais qu’on m’a ressuscité», affirme celui qui sera hébergé gracieusement dans les gîtes et hôtels affiliés au Circuit de l’Abbaye.

Zona, fibrose pulmonaire et autres

En plus du cancer, Michel Bureau est aussi aux prises avec le zona, la fibrose pulmonaire et la maladie de Raynaud. Il doit donc composer quotidiennement avec des inconforts de toutes sortes.

«Mon zona a diminué, mais j’ai une partie du visage qui reste insensible. Ça peut être agaçant en certaines circonstances. Quant à la maladie de Raynaud, ça cause un durcissement aux extrémités. Lorsqu’il fait un peu froid, mes doigts gèlent automatiquement et deviennent durs comme de la mélamine. Ma fille, qui est un véritable ange gardien pour moi, a eu la brillante idée de m’acheter des mitaines chauffantes. Je les ai utilisées très souvent au cours du dernier hiver», lance-t-il en riant.

Pour participer à la collecte de fonds de Michel Bureau, vous pouvez écrire ou effectuer un virement bancaire à l’adresse suivante: marchepourlavie@cgocable.ca

Partager cet article

3
LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
3 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
Rosiane champagneGinette Paradis Recent comment authors
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Ginette Paradis
Invité
Ginette Paradis

Bravo! Pour votre résilience, votre force intérieure qui vous motive à aller de l’avant et à continuer de vivre car votre mission n’est sûrement pas terminée! Vous êtes un beau modèle pour nous tous! Que Dieu vous bénisse!

Rosiane champagne
Invité
Rosiane champagne

Bravo Michel.tu es un exemple pour beaucoup de monde.tout ce que tu vies c’est presque inhumain mais tu es encore là. Je suis allé à l’école à la ruche avec toi et tu étais et tu es encore un bon vivant .lâche pas et encore bravo xxx

trackback

[…] Ayant amorcé son périple le 4 juin dernier à l’Abbaye de Saint-Benoit-du-Lac, Michel Bureau a complété la boucle thématique de 155 km mercredi dernier (12 juin), la tête pleine d’images et le cœur léger. «J’ai découvert des coins que je ne connaissais pratiquement pas. J’ai eu droit à des repas santé, cuisinés avec des produits du terroir. J’ai été accueilli à bras ouverts, par des gens de coeur. Toute cette chaleur humaine, ça guérit l’âme», a confié celui qui combat simultanément quelques maladies, dont un cancer de la langue. […]