Les comédiens de La Ruche font revivre «Nounou McPhee»

Par Patrick Trudeau
Les comédiens de La Ruche font revivre «Nounou McPhee»
Zoé Jubinville (Nounou McPhee), Romain Lavoie (le père) et Marie-Lou Fortin (Évangéline) occuperont trois des principaux rôles de la pièce présentée par la troupe La Caravane, du 16 au 20 avril. (Photo : Le Reflet du Lac - Patrick Trudeau)

THÉÂTRE. La troupe de théâtre La Caravane risque de faire bien des jeunes heureux avec son spectacle annuel alors qu’elle fera revivre la populaire «Nounou McPhee», un classique du cinéma fantaisiste.

Comme c’est le cas depuis une quinzaine d’années, c’est sur la scène du Théâtre Léonard-St-Laurent (Sherbrooke) que sera transposé ce spectacle, du 16 au 20 avril.

La production mettra en vedette 22 comédiens de l’option théâtre à l’école secondaire de La Ruche, pour qui il s’agira, en quelque sorte, d’une récompense de fin d’année. «C’est un peu stressant, mais on a vraiment hâte d’être sur scène. On a travaillé tellement fort depuis le début de la saison scolaire», lance Zoé Jubinville, qui personnifiera le rôle-titre.

Interprété à l’origine par la Britannique Emma Thompson, «Nounou McPhee» est une gouvernante d’apparence hideuse, qui est dotée de pouvoirs surnaturels.

Elle devra venir en aide à un veuf (interprété ici par Romain Lavoie) qui en a plein les bras avec ses sept enfants – tous insupportables – en inculquant à ces derniers les bonnes manières.

Ceux qui ont vu le film de 2005 savent déjà que l’énigmatique Nounou réussira à transformer les enfants, en plus de permettre au père de trouver l’amour auprès de la belle Évangeline, jouée par Marie-Lou Fortin.

Un défi d’adaptation

Ancienne élève de La Ruche, Delphine Bernier-Lehoux a de nouveau travaillé à l’adaptation de ce spectacle, afin de le transposer du grand écran à la scène.

Elle a notamment retiré quelques séquences avec des animaux (logistique oblige) et  ajouté quelques personnages. «Ils donnent une touche différente à la pièce, versus le film. Tous les personnages sont importants, même ceux qui ont un rôle plus modeste. D’ailleurs, lors de ma dernière année à La Ruche, mon personnage n’avait aucune réplique», cite en exemple Mme Bernier-Lehoux.

«C’était pourtant ce rôle qui m’avait marqué le plus», se souvient Romain Lavoie, en donnant crédit à la jeune femme pour son interprétation sans paroles.

Quoi qu’il en soit, personne ne se tourne les pouces au sein de la troupe dirigée par Patrick Cantin. «Ceux qui ont moins de répliques aident aux changements de décors ou de costumes. Tout le monde reste actif pendant le spectacle», précise l’enseignant de théâtre.

Pas moins de huit représentations seront offertes durant la semaine, dont six sont déjà réservées pour les différentes écoles de la région. Le grand public, lui, sera plutôt invité les 19 et 20 avril à 20 h.

La pièce, d’une durée de 1 h 15, est présentée sans entracte. Pour information ou réservation des billets (12 $): 819 843-1343, poste 21285.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des