Complexe résidentiel à Magog: le Groupe Custeau revient à la charge

Par Pierre-Olivier Girard
Complexe résidentiel à Magog: le Groupe Custeau revient à la charge
Le projet du Groupe Custeau est projeté sur ce terrain boisé. (Photo : Le Reflet du Lac - Pierre-Olivier Girard)

IMMOBILIER. Le Groupe Custeau revient à la charge concernant son projet de développement résidentiel sur la rue Bruant-des-Marais, à Magog. Une soirée d’information pour le grand public est prévue le 9 avril prochain.

Il s’agit d’une deuxième tentative pour le Groupe Custeau, qui avait dévoilé ses intentions en juin 2018. Le projet, qui consistait à la construction de 48 logements haut de gamme répartis dans trois bâtiments, avait été froidement accueilli par le voisinage. Une mobilisation d’opposants s’était vite formée, si bien que le promoteur avait jugé bon de prendre un pas de recul et apporter des correctifs.

«La première consultation publique avait été mal faite, reconnaît l’urbaniste du Groupe Custeau, Jean-François Poulin. Le processus réglementaire n’avait pas permis de bien informer les gens. Ils devaient se faire une idée sans avoir rien vu, ce qui était illogique. Cette fois-ci, ils auront des réponses à toutes leurs questions et des plans détaillés leur seront présentés.»

L’entreprise tiendra trois soirées d’information. Deux sont réservées aux habitants du secteur et une autre, celle du 9 avril, sera ouverte à toute la population.

 

À la recherche d’un consensus

Puisque le projet revu et corrigé n’avait pas encore été présenté aux élus au moment d’écrire ces lignes, le Groupe Custeau préfèrait attendre avant de dévoiler les changements apportés. On sait toutefois que le promoteur maintient la formule de la location plutôt que de vendre ces nouvelles unités.

«Nous avons tenu compte de l’ensemble des commentaires de la Ville et des citoyens pour peaufiner, ajuster et bonifier le projet. Par exemple, le terrain a été agrandi pour avoir davantage de plantation et la hauteur des bâtiments a été révisée. Même si on ne peut pas plaire à tout le monde, notre souhait est de faire consensus pour avoir l’acceptation de la plus grande majorité des citoyens du quartier», conclut l’urbaniste.

Rappelons que le projet initial était évalué à 15 M$.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des