Consultation sortie 118 à Magog: quelques consensus et des visions divergentes

Par Pierre-Olivier Girard
Consultation sortie 118 à Magog: quelques consensus et des visions divergentes
Une centaine de participants ont pris part à la consultation publique le 29 janvier dernier, au Centre communautaire de Magog.

IDÉES. L’avenir des secteurs avoisinant la sortie 118 à Magog a été discuté de long en large, le 29 janvier dernier, lors d’une soirée de consultation. Alors que plusieurs idées ont fait consensus, d’autres se sont toutefois butées à des opinions divergentes. Comme le rapporte la mairesse Vicki-May Hamm, plusieurs constats ont été partagés par l’ensemble des participants, qui étaient une centaine réunis au Centre communautaire. Parmi les idées soulevées, il y a la nécessité de revoir la configuration des entrées et sorties de l’autoroute pour assurer une meilleure fluidité de la circulation et le problème entourant le stationnement incitatif au St-Hubert. «Les gens étaient aussi d’accord qu’il s’agit d’une sortie d’autoroute importante et une des portes d’entrée du parc national du Mont-Orford. En ce sens, il faudrait qu’il y ait un effet «wow», comme une signature ou une couleur. Et la plupart des idées proposées étaient en lien avec le développement durable», soutient Mme Hamm. Un lien piétonnier et cyclable de chaque côté de l’autoroute, pour relier Magog et le Canton d’Orford, a aussi obtenu beaucoup d’appuis.   Un gros point d’interrogation La question du développement économique a été aussi été analysée sous toutes ses formes. Toujours selon Vicki-May Hamm, les citoyens étaient d’avis qu’une trame commerciale est souhaitée le long de la route 141, et ce, dans les deux directions, mais de manière «réfléchie et durable». Toutefois, les opinions ont éclaté dans tous les sens lorsque le temps était venu de définir plus précisément le développement commercial souhaité. «Évidemment, on a entendu les deux extrêmes, dit-elle. Il y en a qui voudrait que ça devienne un parc et que rien ne se fasse, tandis que d’autres ont suggéré de gros hôtels et un parc aquatique. Il y a eu beaucoup d’idées, mais rien qui a rallié la majorité. Ce qui a fait consensus, c’est qu’il faut quelque chose de complémentaire à la rue Principale et aux autres pôles, ainsi qu’en synergie avec la municipalité voisine.» Tout en rappelant que les propositions recueillies lors de la consultation orienteront les élus dans leurs décisions futures et dans l’élaboration du nouveau plan d’urbanisme, la mairesse reconnaît que des décisions importantes devront être prises tôt ou tard. Elle fait notamment référence à la question du prolongement des services d’égouts et d’aqueduc. «Personnellement, je pense que ça va arriver à un moment donné, surtout que ça fait longtemps que des propriétaires du secteur mettent de la pression sur la Ville. Une pétition a même été déposée à l’hôtel de ville à ce sujet, il y a deux ans environ. Je sais que s’il y avait un projet porteur dans le secteur, comme un hôtel, les autres propriétaires seraient prêts à payer une partie de la facture. Car il ne faut oublier que ce sont eux qui vont payer et non l’ensemble des contribuables», conclut-elle.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des