Coup de pouce de 1,7 M$ du fédéral à la fromagerie de l’Abbaye Saint-Benoît

Par Vincent Cliche
Coup de pouce de 1,7 M$ du fédéral à la fromagerie de l’Abbaye Saint-Benoît
La ministre et députée de Compton-Stanstead, Marie-Claude Bibeau, l'abbé Dom André Laberge, ainsi que le secrétaire parlementaire du ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire, Jean-Claude Poissant, n'ont pas hésité à dévorer quelques morceaux des fromages de l'Abbaye Saint-Benoît-du-Lac.

SAINT-BENOÎT-DU-LAC. Inaugurée il y a quelque temps, la nouvelle fromagerie de l’Abbaye Saint-Benoît-du-Lac obtient une aide de 1,7 M$ de la part du gouvernement fédéral. Ce coup de pouce financier a quelque peu pris par surprise les responsables de l’endroit. «C’était une subvention relativement inattendue, avoue l’abbé Dom André Laberge. J’avais personnellement fait appel à bien des donateurs. Il manquait cependant quelque chose. Notre dossier [envoyé au gouvernement fédéral] était suffisamment convaincant et articulé pour obtenir cette somme, ce qui nous rend très heureux.» L’investissement a permis aux gens de l’Abbaye de boucler le financement de la nouvelle usine [fromagerie], en plus de faire l’achat de nouveaux équipements. La contribution permettra aussi à l’endroit d’être plus productif et de répondre à la demande croissante pour les fromages d’ici. L’investissement aidera aussi la fromagerie à répondre aux normes en matière de sécurité alimentaire. La ministre du Développement international et députée de Compton-Stanstead, Marie-Claude Bibeau, est venue en faire l’annonce le 15 janvier dernier, en compagnie de son collègue, le secrétaire parlementaire du ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, Jean-Claude Poissant. «Notre gouvernement est fier de contribuer à la vigueur et à la compétitivité de l’industrie canadienne de la transformation des produits laitiers», a mentionné l’élue. En effet, 350 M$ ont récemment été accordés à l’industrie. De ce montant, 100 M$ ont été dédiés aux transformateurs laitiers. Ces montants représentent l’aide offerte aux producteurs dans le cadre des accords européens. En ce qui concerne le récent accord États-Unis – Mexique – Canada, signé récemment, l’aide viendra bientôt, selon les élus du gouvernement. «On est prêt à travailler avec l’industrie pour limiter les impacts», indique Mme Bibeau. Un comité se penchera sur les compensations, tandis qu’un autre aura l’avenir de ce secteur d’activité en tête, renchérit M. Poissant.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des