La bénédiction paternelle du jour de l’An: une tradition disparue

Par le reflet du lac
La bénédiction paternelle du jour de l’An: une tradition disparue
La bénédiction 1912, selon Edmond-Joseph Massicotte.

Combien parmi vous recevront la bénédiction paternelle, en ce Jour de l’an 2019? Je soupçonne que personne n’assistera à cette scène traditionnelle canadienne-française aujourd’hui disparue. Cette tradition remonterait à très loin et aurait une origine biblique. Elle n’a pas été inventée ici. Elle serait arrivée de la vieille France, probablement de la Normandie, avec le régime français. Quand les enfants étaient plus jeunes et encore à la maison, tôt le matin du jour de l’an, il appartenait à l’aîné de demander au père de bénir toute la famille. Plus tard, après avoir quitté la maison familiale pour fonder à son tour sa propre famille, le fils se rendait chez son père solliciter sa bénédiction pour lui-même et les siens. Je me souviens très bien d’une visite de notre famille le matin du 1er janvier chez nos grands-parents Langlois, demeurant alors au 88 de la rue Saint-Jacques. En ce jour mémorable, mon père allait demander à son père de le bénir ainsi que sa famille, incluant sa femme. À la demande de celui-ci, tous ceux qui étaient présents s’agenouillaient et il s’exécutait avec une certaine gêne, mais aussi avec beaucoup d’émotion. Debout, l’aïeul faisait le signe de la croix et prononçait une courte prière de bénédiction en disant : «Je vous bénis au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit». Par ce geste, il demandait au Seigneur de protéger son fils et sa famille de la maladie, de tout accident, ainsi que des épreuves auxquelles les familles étaient confrontées. Une fois la bénédiction terminée, tous se relevaient et se souhaitaient une bonne et heureuse année. Comme la maison de la rue Saint-Jacques qu’il avait construite lui-même n’était pas très grande, et que mes grands-parents avaient eu 13 enfants, la courte cérémonie était répétée plusieurs fois cette journée-là. Ce rituel était suivi d’un copieux repas de dinde préparé par la grand-mère et servi en plusieurs «tablées» vu le nombre de personnes à servir. Autrefois, cette pratique était quasi obligatoire dans les familles chrétiennes. Il est vrai que les curés de paroisses et leur évêque, qui souhaitaient que la tradition soit maintenue, recommandaient fortement la pratique de cette coutume à leurs paroissiens. Cependant, ce geste n’était pas uniquement à caractère religieux. Il donnait aussi au père l’occasion d’exprimer aux membres de sa famille qu’il les aimait. À l’époque, un père manifestait ses sentiments par des gestes plutôt que par des paroles. De plus, par cette tradition il réaffirmait son l’autorité. Comme tous ces rituels à caractère religieux, ce moment intime et privilégié  aujourd’hui quasi disparu  dans nos sociétés de consommation, est encore présent dans certains milieux. Cette bénédiction se pratique rarement aujourd’hui pour plus d’une raison, dont la place qu’occupe la religion dans nos vies, l’éclatement des familles et le rythme de vie contemporaine. Dans les rares familles où elle est encore pratiquée, cette tradition a perdu son caractère exclusivement religieux.   Par Maurice Langlois Membre Société d’histoire de Magog

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
34 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Adagio
Adagio
1 année

Papa nous bénissait chaque année. Après sa mort, maman Marie-Anne Langlois le faisait à sa place. Après son décès, mon mari a pris la relève. Et comme vous le dîtes, l’éloignement des enfants et l’affaiblissement des démonstrations religieuses ont fait qu’on y pense mais qu’on ne le fait plus. Dommage.

Claudette Lussier
Claudette Lussier
1 année
Répondre à  Adagio

En effet je trouve aussi que c’est dommage, ce témoigner de l’amour ne doit surtout pas passer de mode

Denise Raymond
Denise Raymond
1 année

Moi je le fesait faire a mon conjoint par son père et etant donné que c’était plutôt pour moi. Ben l’an passé on la pas fait car le reate dela famille trouve ca nul et son pas religieux.

Luc Dorval
Luc Dorval
1 année

La bénédiction se fait encore par notre père qui a aujourd’hui 90 ans. Et nous l’aurons encore en 2020.

Claudette
Claudette
1 année
Répondre à  Luc Dorval

Chanceux! Profite de ce moment qui est en voie de disparition. Bonne année à toi et ton père qui je vous souhaite pourront étirer cette tradition le plus longtemps,possible.

Yvon Imbeau
Yvon Imbeau
1 année

Yvon

Maryse Sergerie
Maryse Sergerie
1 année

Moi mon grand père y tenais vraiment.
Mon père le fait encore et j avoue que ce moment est très émotif encore aujourd’hui.
On se colle, on a embrasse , on se dit qu’on a aimes

Claudette
Claudette
1 année

Ouf! Un beau souvenir des premiers de l’An, c’est disparu avec le départ de mon père. Un moment tendre avec mon papa alors que les hommes étaient des « tuffs » et non des « tendres » à cette époque ( j’avais le droit à un bec de mon papa!). Merci pour le beau souvenir

Renelle Bossé
Renelle Bossé
1 année

Merci, je demande de faire la bénédiction lors du repas principale chez ma mère. A Noël. Des fois ça peut être au jour de l’an.

Solange houle
Solange houle
1 année

Chez nous c,était grand papa qui nous donnais la bénédiction paternel aujourd’hui c,est triste car je crois que ca existe plus

Stéphane Frigon
Stéphane Frigon
1 année

J’ai 47 ans et je ne crois pas avoir eu une seule année sans la bénédiction paternelle. Petit c’était mon grand-père qui nous l’a donnait à tous. Et depuis qu’il est décédé c’est mon père qui a prit la relève. Mon père, gêné le faisait pour ma sœur, m’a mère et moi et au fil du temps, avec chacun de ses 6 petits enfants.
C’est un moment très tendre et plein d’émotions.

Marianne
Marianne
1 année

Mon grand père nous a béni au jour de l’an jusqu’à son décès et ensuite ce fut ma grand-mère. L’an dernier elle a demandé à son fils aîné (mon oncle) ne prendre le rail. C’est une tradition que nous honorons encore à chaque année

Gilles Gauthier
Gilles Gauthier
1 année

J’ai filmé mon Père en train de me dire Mon fils je te Bénis.
Alors depuis qu’il a quitté ce monde je l’ai toujours avec moi.

Helene gariepy
Helene gariepy
1 année

Nous l’avons encore chez nous la benediction chez nous. On demeure sur la cote de beaupre a quebec. Mon pere a 94 et il nous la donne encore. Cultivateur avec ses 9 enfants, 16 petits enfants et 9 arrieres petits enfants. Tres emus la plupart du temps c’est ma mere qui finit elle a 87 ans. Ils demeurent encore dans leur maison. Nous sommes vraiment tres chanceux de les avoir encore. En sante en plus. Et votre photo nous l’avons ici. . C’est mon mari qui l’a dans sa chambre. Je savais bien que j’avais cu cette photo quelque part hihi, merci pour votre article.
J’espere avoir encore longtemps cette benediction!

Vero
Vero
1 année

Dans ma famille et celle de mon chum ça se fait encore à chaque année.

Isabelle
Isabelle
1 année

Nous la recevons a chaque année encore

Carole Scott
Carole Scott
1 année

Chez nous on se fait encore bénir ainsi que dans les familles de nos enfants !

Lufungulo Rubambura Sylvestre
Lufungulo Rubambura Sylvestre
1 année

C’est vraiment très important cette pratique qui met en valeur les respect de la famille et des aînés . Le monde d’aujourd’hui a besoin encore de cette pratique. Merci beaucoup d’en parler.

ngoran.
ngoran.
1 année

Très bonne pratique. Je pense que c’est quelque chose à perpétuer.

Lyne
Lyne
1 année

Moi, je suis l’aînée et je reçois mes enfants, mes petits enfants, mes frères et soeurs ainsi que leurs enfants au jour de l’an piur un traditionnel souper de dinde. Je demandais toujours la bénédiction à mon père et ma mère s’est jointe à lui au fil des ans. C’était très important pour eux. Malheureusement, mon père est décédé il y a 6 mois. Il n’y aura pas de benediction cette année, car c’est trop difficile émotionnellement.

Theophile YOCKOT
Theophile YOCKOT
1 année

La benediction familialle est plus important que le prete

Jean paul
Jean paul
1 année

Moi jean paul j’ai la chance de le faire pour ma famille et les chumsde mes petite filles nous sommes 22 dans ma gang

Stephanie Caya
Stephanie Caya
1 année

Mon grand-père nous bénissait à chaque année. C’était une tradition dans notre belle et grande famille et d’une grande importance pour nous tous, bien que nous ne soyons pas trop pratiquant. Malheureusement, il est décédé en février dernier. Bien que se ne sera plus pareil sans mon grand-père, j’espère qu’un de ses enfants prendra la relève pour continuer ce que mon grand-père a si bien fait à chaque année.

Noella
Noella
1 année
Répondre à  Stephanie Caya

Chez nous ça existe depuis plus loin que je me souvienne j’ai 69ans et mon père qui a 101ans nous la donne encore avec plaisir pour ses 15 enfants et le reste de la famille Bonne Année à tous le monde

Michele Potvin-Piecuch
Michele Potvin-Piecuch
1 année

My Mother, Vivian Rainault, was born in Mass. in 1919. Her grandfather, Joseph Nichols was born in 1865 in St-Hyacinth then moved to a farm in VT. She told me that he would bless her and the family on New Year’s Day. Unfortunately, my grandfather who was born in Mass. did not carry on the tradition.

Danielle
Danielle
1 année

Chez-nous, c’est encore la tradition. Mon mari bénit ses enfants et petits-enfants le soir de Noël en son nom et en mon nom. Au jour de l’an, les enfants ne sont pas là.
Danielle

Primeau
Primeau
1 année

Tres vrais, une belle et importante tradition…represente un aspest de la culture Canadien Francais

jno225
jno225
1 année

j’ai la chance de la pratiquer encore en famille, déja de retour de la vigile je prie avec mon épouse et les enfants avant de les bénir et de proférer des voeux au Seigneur à leur profit et le 1er a midi le rituel était répété cette fois par mon père à l’endroit de mes frères et soeurs et leurs familles ainsi que la mienne ? je suis heureux de constater que cette pratique continue de se perpétuer.
PS: je suis d la Côte d’Ivoire en Afrique de l’ouest et notre culture basé sur le communautaire est très propice à la bénédiction paternelle

rene goupil
rene goupil
1 année

C’est très dommage que nos enfants ne le désire plus

De la...
De la...
1 année

Gilles

Martine Legault
Martine Legault
1 année

J’ai eu la chance d’être bénie par mon père jusqu’au 1er janvier 2019, date du dernier jour de l’an que j’ai célébré avec lui.

Mon père est décédé subitement d’une crise cardiaque en novembre 2019.

Alors aujourd’hui, c’est avec beaucoup d’émotions que je demande à mon mari de me bénir moi, ainsi que notre fils de 5 ans. J’ai pris soin de lui expliquer en quelques mots simples. Mais votre article m’a beaucoup touché et il m’a apporté des nuances qui me font grand bien de connaître maintenant.

Merci M. Langlois.
Bonne année 2020!

Bénédiction-paternellement vôtre,
Martine Legault

Daniel
Daniel
1 année

Mon père l’a fait jusqu’à sa mort et depuis c’est ma mère qui a pris la relève et la tradition se perpétue…

RAYMOND LAUNIERE
RAYMOND LAUNIERE
1 année

OH ??? OUI C EST UNE DENRÉE LA OU COUTUME QUI SE PERD , MAIS MOI , J AI LA CHANCE DE LA DONNÉ ENCORE LA A MA FAMILLE ..PUIS J EN SUIS FIER

Rachelle Tessier
Rachelle Tessier
4 mois

Chez nous cette tradition ce continue encore. Mon Père a 93 ans et ma mère 90. J’ai sept frères et deux sœurs.  Chaque Jour de l’An nous avons une rencontre de famille et  en arrivant chaque membre avant de souhaiter le nouvel an à mes parents se mettre en genoux et demande à mon Père de les bénir.  Sois famille par famille ou individuel. C’est émotionnel. J’ai une fille et mon mari n’ayant pas vécu cela chez eux mais l’avoir vécu depuis que nous sommes marié (45 ans) a prit cette même tradition et béni sa fille lorsque quelle lui demande.   Cette année avec le Covid je vais aller voir mon Père et lui demander de nous bénir via un petit vidéo que je vais envoyer par « Whats App » à mes frères et sœurs.