Agrandissement de l’école Saint-Pie-X: un projet revu, corrigé et retardé

Par Pierre-Olivier Girard
Agrandissement de l’école Saint-Pie-X: un projet revu, corrigé et retardé
L'agrandissement de l'école Saint-Pie-X empiètera sur le parc-école et les modules de jeux, qui devront être déplacés ailleurs dans la cour.

ÉDUCATION. En raison de contraintes importantes, le projet d’agrandissement de l’école Saint-Pie-X à Magog a été complètement revu, si bien que les travaux sont reportés à l’an prochain par la Commission scolaire des Sommets (CSS). Le projet avait été annoncé en grande pompe en 2017 à l’occasion d’une conférence de presse qui avait réuni plusieurs invités, dont les dirigeants de la CSS et le député de l’époque, Pierre Reid. Tous étaient emballés de présenter les premières maquettes de la future construction, qui devait être inaugurée en janvier prochain. Toutefois, comme l’explique le directeur adjoint aux ressources matérielles de la CSS, Alain Thibault, de mauvaises surprises ont contrecarré les plans de la Commission scolaire. Un constat qui s’est fait lorsque les ingénieurs en construction se sont attaqués aux plans d’architecture. «Les premières esquisses présentées ne respectaient pas les budgets prévus par le ministère. Par exemple, le nouveau bâtiment était situé trop près de la ligne du voisin, ce qui aurait nécessité l’installation de murs temporaires durant les travaux. À eux seuls, ce sont des coûts additionnels très importants. À notre sens, ce sont des dépenses qui amènent peu de valeur ajoutée au bâtiment. C’était donc préférable de corriger le tir», fait savoir M. Thibault. La future bâtisse aurait également pu entraîner des problèmes de drainage, admet le directeur adjoint. En ce sens, il a été convenu de construire l’agrandissement vers la rue Adélard plutôt qu’en direction de la rue Saint-Charles. De plus, la nouvelle partie aura un look similaire à l’architecture actuelle contrairement aux plans initiaux, qui étaient plus contemporains. «Ce sera un bâtiment linéaire qui se rendra jusqu’à la marge de recul, ajoute le responsable. Le parc-école et les modules de jeux seront déplacés ailleurs dans la cour. Notre souhait est que les travaux soient complétés en novembre 2019. Chose certaine, ils ne seront pas terminés à temps pour la prochaine rentrée scolaire.» Un retard pour le mieux Le nouvel échéancier prévoit le lancement de l’appel d’offres au début 2019 et l’octroi du contrat en mars de la même année. Les travaux devraient ensuite débuter au printemps. Même s’il comprend que ce retard peut être frustrant pour les parties concernées, Alain Thibault assure que ce pas en arrière sera pour le mieux. «Il ne faut pas oublier que c’est un projet pour les 50 prochaines années. Je pense que les gens nous en auraient voulu davantage si nous étions allés de l’avant avec un projet mal fait, qui ne respectait pas les budgets, et qui aurait entraîné d’autres problèmes à plus long terme», conclut-il. Dans le nouveau bâtiment, il y aura notamment un gymnase avec des plafonds de 20 pieds, un local de service de garde au rez-de-chaussée et de nouveaux locaux. Quant à la nouvelle bibliothèque, elle sera aménagée à même l’école déjà existante, où il y aura un réaménagement des espaces. Rappelons que plus de 200 élèves et une trentaine d’employés fréquentent cet établissement.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Michel De Lierre
Invité
Michel De Lierre

Avec mes 25 ans d’expérience à titre de régisseur (en gestion de bâtiment) pour deux commissions scolaires de la Montérégie, je crois que c’est faisable de respecter l’échéancier proposé en autant qu’il y ait une supervision serrée et régulière du projet et des réunions de chantier au semaine pour permettre de régler les problèmes subito presto. Tout projet de cette envergure nécessite au moins huit mois, si toutes les conditions sont favorables.