Souper du Partage Jean Pelchat: du spaghetti qui vaut son pesant d’or

Par Pierre-Olivier Girard
Souper du Partage Jean Pelchat: du spaghetti qui vaut son pesant d’or
Le fondateur du Souper du Partage, Jean Pelchat, et le président Stéphane Bégin, espèrent servir plus de 1500 repas, le 3 novembre prochain.

GÉNÉSORITÉ. Fort d’une récolte record de 121 000 $ l’an dernier, le Souper du Partage Jean Pelchat sera de retour pour une 24e année, le 3 novembre prochain, à l’école secondaire de La Ruche. Chaque année, les organisateurs se montrent toujours prudents lorsqu’il est question de chiffres, sachant que le but de l’événement n’est pas de battre des records, mais bien d’aider les démunis de la communauté. Toutefois, au fil des dernières années, ce souper spaghetti n’a cessé de surprendre. Seulement l’an dernier, un profit record de 121 515 $ avait permis de confectionner plus de 330 paniers de Noël. Depuis les tout débuts de cette activité, 5500 paniers ont été remis dans la collectivité. Un succès qui est le fruit d’un travail collectif, selon le président Stéphane Bégin. «Pour moi, la première raison est l’engagement du comité organisateur. Chaque année, chaque membre fait un travail remarquable sur le terrain pour solliciter son réseau de contacts et vendre des billets. Il y aussi l’«happening» derrière le Souper du Partage puisque pour bien des gens, c’est le moment de l’année où ils se rencontrent», raconte Stéphane Bégin. En plus des revenus provenant des billets, l’organisation a eu la chance de recevoir des contributions inattendues par le passé. Par exemple, en 2017, la Fédération des policiers municipaux du Québec avait remis plus de 15 000 $ grâce à son tournoi de golf, qui s’était déroulé à Orford. Un montant important qui ne reviendra pas cette année. «Des donateurs anonymes nous ont offert des contributions exceptionnelles au cours des dernières éditions, mais on ne sait jamais d’avance si elles vont revenir ou non, ajoute le président. On est conscient qu’à un moment donné, nos profits vont arrêter d’augmenter et c’est tout à fait normal. L’important, c’est de répondre aux besoins qui sont, malheureusement, toujours grandissants.» Pour plus d’information: souperdupartage.com

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des