Han-Droits: un camp de jour d’ici qui inspire d’autres municipalités

Par superadmin
Han-Droits: un camp de jour d’ici qui inspire d’autres municipalités

INCLUSION. Le Camp de jour estival pour jeunes ayant des incapacités, à Magog, dont l’organisme Han-Droits est gestionnaire, est un bon exemple d’inclusion sociale. Depuis 14 ans, des adolescents de 13 à 21 ans de la MRC de Memphrémagog bénéficient d’un camp spécialement adapté à leurs besoins.

La directrice de Han-Droits, Gaétane Lacroix, indique que le comité organisateur du camp, composé de représentants de l’organisme, de la Ville de Magog et du CIUSSS de l’Estrie – CHUS, travaille tout au long de l’année à réunir les sommes nécessaires pour offrir ce camp de jour, et ce, au même tarif que pour les jeunes du camp régulier de la Ville de Magog (Club Été). «Depuis ses débuts, le projet est basé sur le principe de l’équité. Les parents paient donc 145 $, alors qu’il en coûte en réalité plus de 3000 $. C’est possible grâce à la concertation et le soutien du milieu», laisse-t-elle entendre.

Cette dernière fait aussi valoir qu’en plus de permettre aux jeunes de s’épanouir et de maintenir les acquis réalisés durant l’année scolaire, le camp de jour permet aux parents de souffler un peu. «Certains vivent avec diverses incapacités physiques, intellectuelles, ou encore du trouble du spectre de l’autisme, des conditions qui demandent aux parents une présence et un engagement exceptionnel. Ces services leur permettent donc de prendre un répit indispensable», de poursuivre Mme Lacroix.

Cette année, 18 jeunes de 13 à 21 ans participent au Camp de jour estival pour jeunes ayant des incapacités. Ils sont accompagnés par une coordonnatrice et six accompagnatrices. Les 17 enfants de 6 à 12 ans qui sont intégrés au camp régulier de la Ville de Magog sont quant à eux accompagnés d’une coordonnatrice et de onze accompagnatrices. «Chaque année, il y a plus d’inscriptions et les besoins sont plus importants et personnalisés, et donc plus coûteux», informe la directrice.

En plus d’un montant de 15 000 $ offert par le CIUSSS de l’Estrie – CHUS et d’une somme de 10 000 $ remise par la Ville de Magog, Han-Droits peut compter sur le soutien de la Fondation de l’hôpital Memphrémagog, l’Association du syndrome de Down, le Comptoir familial de Magog (rue Lasalle), le Club Optimiste Magog-Orford, la Fondation du Centre de réadaptation de l’Estrie, l’Association des policiers et policières de Memphrémagog, le député d’Orford, Pierre Reid, les Chevaliers de Colomb, Service Canada – Programme Emploi été Canada ainsi que le Programme d’accompagnement du ministère de l’Éducation, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche du Québec.

Un exemple reconnu à l’international

Plusieurs municipalités, dont Sherbrooke, s’intéressent au modèle du Camp de jour estival pour jeunes avec des incapacités. Si bien que des représentants du camp ont été invités à le présenter dans un colloque international sur les villes inclusives, à Québec, l’automne dernier. «Beaucoup de camps travaillent en silo, mais avec notre clientèle, si on travaillait seul, on n’y arriverait pas. À Magog, on est reconnu pour notre forte concertation», de dire la coordonnatrice des services chez Han-Droits, Jessica Lafrance, aussi connue sous le nom de Guimauve, au camp de jour.

Mme Lafrance souligne également que le camp aimerait, à l’avenir et dans la mesure du possible, accueillir les jeunes ayant des incapacités physiques, puisqu’il n’y a actuellement pas de camp leur étant dédié à Magog. Cette année, un jeune en fauteuil roulant est des participants. «On a de plus en plus de demandes en déficience physique. C’est du cas par cas, car on n’a pas d’entente de service actuellement, ni l’équipement nécessaire pour un jeune avec des besoins importants, mais éventuellement, on aimerait pouvoir regarder cette possibilité», ajoute-t-elle.

Pour plus de renseignements ou pour faire un don: handroit@cgocable.ca, 819 868-0299 ou handroits.org.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des