Une pharmacienne de Magog reçoit une amende de 4500 $ en lien avec une dose potentiellement mortelle

Par superadmin
Une pharmacienne de Magog reçoit une amende de 4500 $ en lien avec une dose potentiellement mortelle
La décision a été rendue par le conseil de discipline de l'Ordre de pharmaciens du Québec le 12 mai dernier.

Une pharmacienne de Magog a reconnu sa culpabilité à deux chefs d’infraction en lien avec une erreur dans l’exécution d’une ordonnance de méthadone, dont la dose donnée était potentiellement mortelle.

Les faits reprochés à Chantal Plante remontent en septembre 2015 alors qu’un client s’est vu remettre une dose de méthadone avec une concentration dix fois plus élevée qu’à l’habitude. Lorsqu’il a ingurgité sa première dose à la pharmacie, l’individu a rapidement ressenti des symptômes anormaux, dont des vomissements. Il a finalement passé la nuit à l’unité des soins intensifs à l’hôpital de Magog. Il vit aujourd’hui avec un grand niveau de stress.

Après vérification, la dose de méthadone donnée était de 200 mg au lieu de 20 mg, ce qui «constitue une dose potentiellement mortelle» selon le conseil de discipline de l’Ordre des pharmaciens du Québec, dans un jugement émis le 12 mai dernier. L’erreur a été commise par la technicienne ayant préparé les doses, mais la pharmacienne a admis sa responsabilité pour avoir validé «de façon machinale» l’exécution de l’ordonnance puisqu’elle était occupée à une autre tâche.

Le conseil de discipline, présidé par Me Lyne Lavergne, rappelle aussi qu’il est de la responsabilité du pharmacien de surveiller directement la prise de méthadone en pharmacie. Dans ce cas-ci, la surveillance a été déléguée à une technicienne. «Il s’agit là d’un manque sérieux. Si l’intimée avait elle-même vérifié la prise de méthadone, le commentaire du patient à l’effet que la méthadone a un goût puissant l’aurait probablement interpellée», peut-on lire dans la décision.

La sanction de 4500 $ tient aussi compte du fait que la pharmacienne ne possède aucun antécédent disciplinaire, qu’elle a plaidé coupable à la première occasion et qu’elle exerce sa profession depuis 1980 sans faire l’objet d’une plainte. Depuis les événements, la pharmacienne a apporté des changements à sa pratique. Elle ne fait plus deux tâches simultanées et elle multiplie les vérifications. De plus, les ordonnances de méthadone sont maintenant préparées en retrait et non plus dans la chaîne de travail. 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires